Photo de la Gare de Courtenay avec son personnel

Photo de la Gare de Courtenay avec son personnel

Bonjour à tous. Belle et rare Photo de la gare de Courtenay avec une bonne partie du personnel. La ligne 748 Montargis à Sens longue de 61,814Km est déclarée d’utilité publique le 19 juin 1868. Son ouverture est en date du 19 octobre 1874. À l’origine une seule voie, mais en 1881 une deuxième voie sera mise en place. Les concessionnaires de cette ligne seront nombreux citons les plus importants : MM. de Bussière, Donon et Tenré en 1870 (compagnie du Chemin de fer d’Orléans à Châlons). Ensuite reprise de la ligne par l’État Français le 18 mai 1878 et quelques jours après par l’administration des Chemins de fer de l’État le 25 mai 1878 (compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon) et par là (Méditerranée) le 20 novembre 1883. La ligne verra sa fermeture pour les voyageurs le 2 octobre 1938 et pour les marchandises en 1958. À noter, un service mixte rétabli pendant la seconde guerre de 1940 jusqu’à la libération. Bien dommage que toutes ces petites lignes ferroviaire n’existent plus et que les gares sont détruites ou tombent en ruine. Rendez vous compte plus de 40 000 km de lignes ont été détruits en France en à peine 100 ans.. ! Heureusement, Il nous reste la chanson du petit train chanté par André Claveau..lol
Pascal

 

 (André Claveau – Le petit train)
p’tit train s’en va dans la campagne
Un p’tit train s’en va de bon matin
On le voit filer vers la montagne
Tchi tchi fou tchi tchi fou
Pleins d’entrain…
Dans les prés, il y a toujours des vaches
Etonnées de voir encore passer
Ce p’tit train qui lâche des panaches
Tchi tchi fou tchi tchi fou
De fumée…
La garde-barrière agite son drapeau rouge
Pour dire bon voyage au vieux mécanicien
Mais dans les wagons nuls voyageurs ne bougent
Car ils prennent tous le car et le train ne sert à rien…

Share Button

Cartes postales Anciennes de Saint-Fargeau pour un clin d’oeil à la Louisiane

Saint Fargeau, la gare, la place Bellecroix et la rue Porte-Marlotte. Deux cartes postales pour un petit clin d’œil à Kevin Reese qui habite en Louisiane. Impossible, bien sûr de savoir si les ancêtres de Kevin ont marché place Bellecroix ou dans la rue Porte-Marlotte avant de partir pour la Nouvelle-France et la Louisiane. Kevin est un coboy de la Louisiane alors citons quelques agriculteurs de cette époque qui élevaient des chevaux et cultivaient les terres de Saint Fargeau, comme M. David, M. Garnier et M. Lacour. Restons avec les chevaux et citons les noms des bourreliers, charrons et bien sur maréchaux ferrants qui à la belle époque étaient installés en ville comme M. Coyon, M. Jolin — Brossier, M. Colas, M. Jousse, M. Rateau — M. Bénard, M. Fernel, M. Luzy, M. Rameau, M. Raveau et M. Salin. Le bon pain français est une affaire de professionnels et ce sont les boulangeries de M. Dutheil, M. Gressin et M. Quéron qui officiaient dés 2 h du matin pour servir au lever du soleil les Fargeaulais et Fargeaulaises. Il m’est impossible en quelques mots d’expliquer l’histoire des Acadiens et de leur farouche désir de garder pour beaucoup des Continuer la lecture

Share Button

Carte postale Ancienne de Bernières sur Mer – La Gare à la belle époque

Carte postale Ancienne de Bernières - La Gare à la belle époque

Carte postale Ancienne de Bernières – La Gare à la belle époque – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Bernières – La Gare
éditeur LL
§

En 1910, le maire monsieur Tesniére et les 876 habitants de Bernières-sur-Mer sont fiers de leur gare et du Chemin de fer du Calvados qui exploite la ligne de Caen à Dives Cabourg, Arromanches, Bayeux et Port-en-Bessin. En 1910, les bains de mer sont déjà très prisés et les villes comme Ouistreham, Lion-sur-Mer, Luc-sur-Mer, Hermanville-sur-Mer, Saint-Aubin-sur-Mer, Courseulles et bien sur Bernières-sur-Mer qui n’échappe pas au phénomène balnéaire grâce en grande partie à l’apparition et l’utilisation du chemin de fer par les touristes. Située à 20 kilomètres de Caen et à 267 km de Paris cette gare existe toujours mais le bâtiment est devenu l’office du tourisme de Bernières-sur-Mer. À la même époque les hôteliers dans la ville sont au nombre de quatre, l’hôtel de M. Blanchard, de M. Vigne, de M. Maréchal et celui de M. Lemarchand. À noter la présence des 2 châteaux de Bernières celui du Barron de Brunet et celui de la vicomtesse de Milhau.      

Share Button

Carte Postale Ancienne de Chouzy-sur-Cisse – La Gare et les diamants de M. DE BLUZE

Carte Postale Ancienne de Chouzy-sur-Cisse - la Gare

Carte Postale Ancienne de Chouzy-sur-Cisse – la Gare

Chouzy-sur-Cisse – la Gare
C. Vannier Blois
§
Située à 31 km de Blois dans le département du Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire, Choussy sur Cisse en 1900 compte 378 habitants. Le maire à l’époque était M. Ruppert, viticulteur de son métier. En 1904 cette petite gare sera le lieu d’un drame que l’on appellera « La catastrophe de Chouzy » suite au déraillement du rapide Paris-Bordeaux tamponné par un Express qui fera plusieurs Morts et Blessés. Pendant la nuit, des ouvriers qui travaillaient à relever la locomotive du train n° 18 ont découvert la tête d’un individu pris sous l’avant de la machine mais le corps restait introuvable.
Il faudra attendre le lendemain pour retrouver le corps et c’est en déblayant les voies où avait eu lieu la catastrophe que l’on trouva sous les débris d’un wagon un cadavre sur lequel on trouva des papiers au nom de

Continuer la lecture

Share Button

Carte Postale Ancienne de Vitry aux loges – La gare

Carte Postale Ancienne de Vitry aux loges - La gare

Carte Postale Ancienne de Vitry aux loges – La gare – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Vitry aux loges  ( Loiret )- La gare
éditeur ND Phot
§

On attend le train en gare de Vitry aux loges… Située à 32 kilomètres d’Orléans sur la ligne Orléans-Montargis la gare était l’une des 5 prises d’eau prévues pour l’alimentation des locomotives à vapeur. Il est quand même bien dommage que la très grande majorité de ces petites gares ont été détruites ou laissées à l’abandon pour finir en ruine…mais je ne referai pas l’histoire et restons en 1910. À cette époque le maire est M. Meslier François et les vitrylogiens et les vitrylogiennes sont au nombre 1439. À la belle époque, Vitry aux loges ne compte pas moins que 6 cafés, M. Blondeau, M. Corsy, M. Grivot, M. Meslier, M. Petit et Mme veuve Rousselet. Pour le moindre problème de santé c’était M. Clément le médecin qu’il fallait voir et pour les accouchements madame Palluau la sage-femme s’occupait de tout. À noter sur la commune le château Monaco de M. Raymond Suffren, le château de la Motte de M. Chateaubrun et celui du Plessis appartenant à M. Beauregard.

Share Button