Carte Postales Anciennes de Pithiviers – Kiosque de la Fanfare

Carte Postales Anciennes de Pithiviers – Kiosque de la Fanfare – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Pithiviers – Kiosque de la Fanfare
éditeur A. Gibier
§

Un petit tour dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire et plus exactement à Pithiviers a la belle époque. C’est la musique de la Garde nationale dirigée par M. Brochard qui servira de formation à sa fondation officielle le 5 novembre 1873. En 1901, en division supérieure, la fanfare de Pithiviers obtient un vif succès au grand concours qui a lieu à Alger en remportant un prix d’exécution, un 1er prix de lecture à vue, un premier prix d’honneur, une médaille d’or et 2000 francs de primes. En outre sept membres de la fanfare de Pithiviers auront obtenu un prix de soliste. En 1903 la fanfare nomme en qualité de directeur M. Gillard, ex-chef de la musique d’artillerie d’Orléans. A cette époque la ville compte 5821 habitants administrés par le maire M. Thomas et M. Degans le juge de paix. A noter que le château de Bellecour sur la commune en 1900 appartient à Pierre Lejeune de Bellevue, celui de Joinville est la propriété de M. De Fougeroux et le château de Pithiviers au docteur Augé.   

Share Button

Carte postale Ancienne de Boiscommun – La place du marché

Carte postale Ancienne de Boiscommun - La place du marché

Carte postale Ancienne de Boiscommun – La place du marché – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Boiscommun ( Loiret) – La place du marché
éditeur Chandon
§

Difficile pour moi aujourd’hui de poster cette carte postale, mon bon Jacques est parti la semaine dernière et cet endroit me rappelle tellement de bons souvenirs. Il y a quelques années de ça nous avions fait, Jacques et moi la tournée des cafés de Boiscommun en buvant de la bière Picon. Je n’ose même pas vous dire dans quel état nous sommes rentrés à la maison ce jour-là…! La bière Picon, mon bon Jacques n’aura plus jamais le même gout… Sans Toi…Certains diront que c’est la vie, moi je dis que c’est la mort.

Share Button

Carte Postale Ancienne – Les Grandes manoeuvres de Courtenay en 1911

Carte Postale Ancienne - Les Grandes manoeuvres de Courtenay en 1911

Carte Postale Ancienne – Les Grandes manoeuvres de Courtenay en 1911 – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Les Grandes manoeuvres de Courtenay en 1911- Compagnie d’infanterie montant le talus de la route de Triguéres et fait feu. 
éditeur L. Guichet 
§

Nous sommes en 1911, et les militaires d’infanterie mènent de grandes manoeuvres sur la commune de Courtenay. De nombreux de ces soldats seront 3 ans plus tard envoyés sur les vrais champs de bataille pour combattre l’ennemi durant la Grande guerre de 1914 à 1918.

Share Button

Courtenay – Carte Postale Ancienne – La Place

Courtenay - Carte Postale Ancienne - La Place

Courtenay – Carte Postale Ancienne – La Place – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Courtenay – La Place – ( Loiret)
§

Restons dans le Loiret et plus exactement sur la place de Courtenay. Rien n’a vraiment changé en 1 siècle sur cette place, à part le fait que cette place aujourd’hui sert de parking et reçoit tous les jeudis le marché. En 1910 le maire de Courtenay est monsieur Chesneau (A) et son juge de paix M. Grelliche.  la pâtisserie est tenue par M. Chicanne, la teinturerie par Mme Brun et la carrosserie par M. Jarril. A noter que le château de courtenay à cette époque appartient à M. Rigaudin (G) et le château de la Jacqueminière à Veuve Becquerel.    

Share Button

Carte Postale Ancienne de Courtenay – Ecole des Garçons

Carte Postale Ancienne de Courtenay - Ecole des Garçons

Carte Postale Ancienne de Courtenay – Ecole des Garçons – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Courtenay – Ecole des Garçons
éditeur Lelièvre 
§

Difficile, aujourd’hui pour nos enfants où petits enfants d’imaginer une école réservée uniquement aux garçons, et pourtant il n’y a pas si longtemps c’était le cas. Personnellement, avec ma petite soixantaine d’années, je n’ai pas la chance d’avoir des petites copines à l’école primaire. Il faudra attendre la loi du 11 juillet 1975 relative à l’éducation instaurant l’obligation de mixité dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire publics (décrets d’application du 28.12.1976). À noter, qu’avant l’ordonnance du 23 juin 1836 organisant l’enseignement primaire pour les filles, seules les jeunes filles de familles aisées pouvaient recevoir une éducation scolaire, bien souvent donné dans des institutions religieuses.  

Share Button