Un tombereau de fumier se renverse sur M. Vincent habitant de Courtenay – Courtenay Faubourg Notre Dame

Courtenay Faubourg Notre Dame

Un petit montage photo pour illustrer cette histoire arrivée le 2 février 1912 à Courtenay. M. Vincent venait de décharger un tombereau de fumier quand le cheval se mit à prendre le trot. Le conducteur, qui tenait l’animal à la longe, essaya vainement de le retenir. N’ayant pu abandonner la longe, il fut entraîné et tomba sous le tombereau dont une roue lui passa sur la poitrine, pendant que le cheval continuait sa course. M. Vincent se releva sans aide et put même rentrer chez lui. Ce ne fut qu’au moment où il arrivait dans sa chambre qu’il eut une faiblesse. Il dut s’aliter. Une heure plus tard, il expirait, succombant à une hémorragie interne.

(Ne cherchez pas à acheter cette carte postalecar elle n’existe pas. ( c’est un montage photo que j’ai fais pour illustrer cette histoire de 1912)

 

 

Share Button

La jeunesse et les débuts d’un chansonnier nommé Aristide Bruant

Voici une petite animation d’Aristide BRUANT, si vous aimez l’artiste rejoignez nous à la confrérie de Bruant ( https://www.facebook.com/confreriedebruant) qui propose d’associer culture et convivialité, pour mieux fêter le talent et la mémoire du plus grand chansonnier de tous les temps, artiste aux multiples talents, enfant de Courtenay !

( texte de 1930 sur Comoedia) – La biographie d’Aristide Buant revenait de droit à Mme Jeanne Landre, ( 1874-1936 ). Journaliste, critique et romancière française appelée la romancière de Montmartre et le disciple moderne d’un Mürger encore plus bohème que l’original qui connaît bien son Montmartre et ses Montmartrois, elle a donc documenté, écrit et publié cette histoire du curieux argotier.

Bruant naquit le 6 mai 1851 à Courtenay, dans le Loiret ; son grand-père, Edmé Bruant, avait servi au 3e grenadiers, son père. faisait valoir quelques biens, sa mère travaillait à l’aiguille. L’enfant prit des leçons-de latin avec le curé de Courtenay; ce dernier lui demandait, en revanche, de chanter aux offices. Mais le futur chansonnier dut quitter son Courtenay natal pour étudier au collège de Sens, les vieux Bruant ayant décidé de faire de leur fils un monsieur – il y fut un remarquable élève, et Mme Jeanne Landre produit même un document qui prouve son application: « 15 juillet 1862. Notes de l’élève Bruant: instruction religieuse: bien: Grec: très bien. Latin: assez bien. Musique vocale assez bien. Histoire,’géographie: bien. » Il y rimait aussi déjà quelques chansonnettes dont une, Les Bottes du Gendarme, nous est révélée :

Si l’on changeait sa chaussure.,,

Le gendarme, c’est certain,

Mourrait comme une bouture

Que l’on change de terrain.

C’est un curé sans calotte,

C’est un arbre, sans sa fleur,

Un gendarme sans Ses bottes

C’est un flacon sans odeur.

Ses parents sont venus s’installer à (Paris, place Dauphine ; ils ont éprouvé des revers, et Aristide quitte le lycée pour entrer en apprentissage chez un bijoutier de la rue Vieille-au-Temple, qui lui délivre, deux ans plus tard, le certificat suivant: « Je certifie que Bruant, Louis-Aristide, est entré chez moi comme apprenti bijoutier et qui la fini son temps. 

Bruant a atteint dix-neuf ans et vit avec son père et sa mère de la rude vie faubourienne: en cinq ans, On a changé huit ou dix fois de-domicile: place Dauphine, boulevard Richard Lenoir, cour de Ménilmontant, boulevard de Ménilmontant, rue Basfroi, rue Sedaine,. rue de Charonne, boulevard du Prince-Eugène, Charenton, rue de Montreuil. Comment voudriez vous que l’historiographe des « dos » et des « marmites » n’eût point connu pavé par pavé Ménilmuche et la Bastoche? Il y a vécu son adolescence.

Survient la guerre. Aristide s’enrôle à Courtenay dans une compagnie de francs-tireurs qui garde dans les bois environnants un silence prudent. Puis en 1871 il reprend son métier, travaille rue des Haudriettes, rue des Juifs, rue de Turenne, chez des bijoutiers qui se déclarent satisfaits de ses services, de son honneur et de sa probité ».

‘Après un court séjour à Saint Mandé, il habite maintenant boulevard de Mazas, un peu plus tard rue de Citeaux. Le 15 janvier 1875 à vingt-quatre ans ses parents l’ont pourvu d’un remplaçant au régiment, Bruant est admis en qualité d’expéditionnaire aux chemins de fer du Nord. Il gagne 116 fr. 66 par mois. En 1876, il « est augmenté de 100 francs; du coup, on loue un logement plus luxueux, cours de Vincennes.

Cependant, notre enfant du Loiret devenu parigot a fait moisson de termes argotiques. « II en émaille le monologues, les chansons que lui inspirent les circonstances, dit Mme Jeanne Landre ; il s’amuse à rimer, emprunte un air sur lequel il rythme des couplets, et une nuit, dans une guinguette. il s’est fait applaudir. »

Bruant a connu là un tonnelier nommé Sellier — il sera le ténor Sellier, qui le fait embaucher, c’est le mot, chez Robinson, près de la barrière du Trône; cachet : cinquante sous et un verre de vin.

Puis il passe au concert des Amandiers ; il paraît en scène vêtu d’un frac. Puis chez Darelli, à Nogent, comme comique à 200 francs par mois.

Enfin il auditionne à l’Epoque, où on l’engage ; offre sa démission à la Compagnie du Nord qui l’accepte.

Et le voilà lancé, lancé pour un premier lancement, car nous sommes loin encore du complet de velours, de la ceinture rouge et du feutre a larges ailes.

Aristide se présente au public en jaquette, et coiffé d’un chapeau haut

de forme, « un huit reflets d’un tel éclat que les alouettes s’y précipiteraient. »

Bruant, chanteur mondain. Qui l’eût cru?.

 

 

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de Courtenay – La Place – Le jour du Marché

Courtenay - La Place, le jour du Marché

Courtenay – La Place, le jour du Marché

Courtenay – La Place, le jour du Marché – éditeur Bugat – Aujourd’hui la ville de Courtenay attend la réélection d’un maire, mais en 1900 Monsieur Chesneau est fier d’avoir été élu à la majorité des 2738 Curtiniens. Déjà en 1900, le jeudi est le jour du marché, c’est surtout le jour qui ponctuait le temps des rencontres, des petits ragots et des grandes discussions entre voisins et voisines. Sur le marché, de nombreux petits paysans des villages voisins sont venus en attelages hippomobiles pour vendre au mieux, volailles, beurre, fromages, fruits et légumes de saison. Sur cette carte postale, les femmes sont en plus grand nombre que les hommes et c’était très souvent le cas sur tous les marchés de France à cette époque. Les hommes préférant de loin les jours de foires où les réjouissances étaient plus Continuer la lecture

Share Button

Cartes de Collections de Villevoques – La Place à la belle époque

Cartes de Collections de Villevoques – La Place à la belle époque – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Villevoques – La Place
§
Un petit tour à Villevoques petite commune située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire. Voici une petite histoire d’un fait divers qui s’est passé en 1927 à Villevoques..Est-ce cette histoire qui a inspiré Toni Musulin  à faire le détournement de fonds spectaculaire du 5 novembre 2009..Allez savoir..! 
Un homme se présente, au commissariat du quartier de la Porte Saint-Martin et demande à parler personnellement au commissaire, M. Badin. Je suis, dit-il au magistrat, M. Marius Revaillas. J’ai vingt-sept ans et j’habite à Villevoques, près de Montargis. Dans cette localité, je dirige l’usine de là Société anonyme des établissements Gauchers. Le 15 février dernier, j’ai pris 57.300 francs dans le coffre-fort de

Continuer la lecture

Share Button

Cartes Anciennes de collections de Nogent sur Vernisson – La place de l’église

Cartes Anciennes de collections de Nogent sur Vernisson – la place de l’église – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Nogent sur Vernisson – La place de l’église
éditeur Cotelle
§
  Nogent-sur-Vernisson est une commune située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire. Un petit mot sur l’éditeur de cette carte postale, comme vous pouvez le voir l’éditeur Cotelle n’est autre que le propriétaire du magasin « au petit louvre ». Une petite explication sur ces éditeurs qui fleurissent dans les années 1900. Les gros éditeurs de l’époque Neudein, Lévy, Berthaud, Le Deley… etc. etc. se font la part belle de la plus grosse production des cartes postales et c’est des millions de cartes qui seront éditées. Les bénéfices sont importants pour ces grands éditeurs et très rapidement on voit des petites imprimeries, photographes ou

Continuer la lecture

Share Button