Carte Postales Ancienne des Autobus de Paris à la belle époque

Carte Postales Ancienne des Autobus de Paris

Carte Postales Ancienne des Autobus de Paris – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Les Autobus de Paris
§

Sur cette carte postale, deux générations de bus … Au premier plan l’autobus à l’impériale motorisé de la compagnie générale des omnibus et juste derrière un omnibus à l’impériale hippomobile qui restera en service jusqu’en 1913. Un petit rappel quand même de quelques chiffres ahurissants des omnibus hippomobiles. La compagnie possédait 16 017 chevaux, le maximum des voitures mises en circulation, par jour, a été de 1130 en 1897 et a parcouru cette année-là 39102000 kilomètres prés de 10 fois le tour de la terre en 1 an. En ce qui concerne les autobus motorisés, la CGO lancera en 1905 un concours auprès des industriels de l’automobile de l’époque et c’est le châssis d’Eugene Brillie des usines Schneider & Cie qui sera retenu. Les premiers autobus Brillie seront mis en service sur la ligne, Montmarte-Saint Germain des Prés et celui sur la carte postale Montmartre-place Saint-Michel, le premier novembre 1906.   

Share Button

Carte Postale Ancienne du Pays Basque – Une famille de Sandaliers

Carte Postale Ancienne du Pays Basque - Une famille de Sandaliers

Carte Postale Ancienne du Pays Basque – Une famille de Sandaliers – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Pays Basque – Une famille de Sandaliers
§

Installés, assis sur leur siège bas et semblant porter, sur leurs genoux, une sorte de pupitre, à mouvements mesurés, réguliers, ils, tirent une aiguille énorme enfilée d’une solide cordelette — Une aiguille semblable à celles dont usent les matelassières. Il fait chaud et la sueur perle sur leurs fronts et tombe le long de leurs joues brunes. Le travail presse et il ne s’agit pas de se reposer sous prétexte qu’il fait chaud. Et puis, les sandaliers basques ont l’habitude d’affronter les rayons du soleil. Pour en avoir la forme et l’aspect général, la sandale basque ne pouvait être confondue avec cette chaussure qu’on nomme espadrille. La semelle de corde, le dessus de toile basque blanche ou rayée de vert, de rouge, de jaune, avait un je-ne-sais-quoi de plus distingué, de plus fin, que l’espadrille. Elle était plus solide aussi, puisque ces sandales devaient résister à de multiples fandangos et que le joueur de pelote devait assurer des rudes parties sans risque de voir son orteil crever toile et corde. Et c’est pour que cette chaussure légère qui permettait de courir, de bondir, comme le savent le faire les Basques, prenant bien le pied et épousant étroitement la cheville, que les joueurs de pelote et danseurs de fandango la commandaient sur mesure. N’allez pas croire que le prix de 3 à 6 francs la paire de sandales pouvait rendre riches les familles de sandaliers de cette époque.
Share Button

Carte Postales Ancienne du marché de Choisy le Roi

Carte Postales Ancienne du marché de Choisy le Roi

Carte Postales Ancienne du marché de Choisy le Roi – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Choisy le Roi – Le Marché
§

Nous voici dans les années 1900 sur le marché couvert de Choisy le Roi et plus exactement rue Carnot. Ce marché couvert fut construit en 1902 et agrandi en 1913, aujourd’hui des immeubles de plusieurs étages ont pris la place. Formé d’une charpente en fer reposant sur 32 colonnes les commerçants à l’époque étaient bien contents d’êtres à l’abri pour vendre leurs marchandises le mardi, jeudi et dimanche. À la belle époque et plus exactement en 1907, les Choisyens et Choisyennes sont au nombre de 13067 et le maire est Monsieur Laurent Augustin Rondu. Dans la rue Carnot à la même époque on trouvait au N° 5 le maréchal-ferrant Mr Depardieu, au N° 9 l’épicier Mr Lorioux, au N°15, monsieur Bruckner le fromager et Mr Lemonnier le laitier, au N° 16, le magasin de modes de Mlle Lefront et le café de Mr Guilbert, au N° 19 la mercerie de M. Reveyron et au N° 22 Mr Fouquet le marchand de bois et charbons.  

Share Button

Carte Postale Ancienne de Montmorillon – Le Palais de Justice

Carte Postale Ancienne de Montmorillon - Le Palais de Justice

Carte Postale Ancienne de Montmorillon – Le Palais de Justice – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Montmorillon ( Vienne) – Le Palais de Justice
Papeterie Fontenaille
§

Montmorillon, sous-préfecture du département de la Vienne est située au Centre-Ouest de la France en région Nouvelle-Aquitaine. En 1900, le sous-préfet est M. Lejeune le maire M. Monplanet et le juge de paix M. Bridier. À cette époque le canton de Montmorillon et ses 9 communes comptent 13211 habitants et les Montmorillonnaises et Montmorillonnais sont fières à la renommée de la fabrication de leurs biscuits et des macarons de Mlle Chartier, M. Chevalier, M. Couinaud, M. Emereau et M. Pineau. À noter aussi qu’à cette époque la bière de la brasserie Pillot ( A.M) est très renommée a-t-elle point qu’une affiche sera placardée pendant des décennies dans de très nombreuses villes de France. En image ci-dessous cette affiche.    

Affiche-de-la-bière-de-Montmorillon

         

Share Button

Carte Postale de Buironfosse – Un vieux philosophe indigène – Le Gros Louis

Carte Postale de Buironfosse - Un vieux philosophe indigène - Le Gros Louis

Carte Postale de Buironfosse – Un vieux philosophe indigène – Le Gros Louis

Buironfosse – Un vieux philosophe indigène – Le Gros Louis
§

Buironfosse est située à 16 kilomètres Vervins dans le département de l’Aisne, en région Haute-de-France. En 1900 la ville compte 2067 Buironfossois et Buironfossoises, parmi eux le « philosophe » que l’on appelle familièrement « le gros Louis ». À cette époque, de nombreuses villes ont ce que l’on appelle aujourd’hui « leur marginale ». Vivant en marge de la société de cette époque, le gros Louis ne s’embarrassait pas pour sa tenue vestimentaire, veste et pantalon en lambeau, cheveux longs, barbe hirsute Louis était connu de tous à Buironfosse. Le maire Monsieur LESUR savait qu’il ne risquait rien avec le gros Louis, vivant de peu et toujours une histoire à raconter on le voyait déambuler dans la ville sa casserole et son seau à la main.        

Share Button