Carte Postale Ancienne – Les Sables-d’Olonne – Devant la Poissonnerie- Arrivée de la Pêche

Carte Postale Ancienne - Les Sables-d'Olonne - Devant la Poissonnerie- Arrivée de la Pêche

Carte Postale Ancienne – Les Sables-d’Olonne – Devant la Poissonnerie- Arrivée de la Pêche

Les Sables-d’Olonne – Devant la Poissonnerie- Arrivée de la Pêche
§

Commune du Centre-Ouest de la France et sous-préfecture du département de la Vendée, Les Sables d’Olonne sont aujourd’hui la ville qui accueille tous les quatre ans la course du Vendée Globe, mais en 1900 les voiliers amarrés sur les quais ne sont encore que de simples bateaux de pêche. 

 

Share Button

Paris – La Grande Crue de la Seine en 1910 – Le Pont du Carrousel au maximum de la crue

Paris – La Grande Crue de la Seine en 1910 – Le Pont du Carrousel au maximum de la crue

Paris – La Grande Crue de la Seine en 1910 – Le Pont du Carrousel au maximum de la crue – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Paris – La Grande Crue de la Seine en 1910 – Le Pont du Carrousel au maximum de la crue 
éditeur ND Phot 
§

La crue est à son maximum, le ministère des Travaux publics a communiqué, que beaucoup de parisiens s’inquiètent à propos de la solidité des ponts. le communiqué était clair.! « Les ponts de Paris sont solides, et il y a lieu de faire connaître qu’il n’y a aucune crainte à avoir en ce qui concerne les ponts construits en maçonnerie, même pour celui de l’Alma. » Seuls, les ponts métalliques, comme le pont des Arts et de Solférino, peuvent être susceptibles d’ébranlement par une accumulation de bois ou par des collisions de gros corps flottants. Il est donc probable que le pont de Solférino sera interdit au public et aux véhicules. »

Share Button

Paris – La Grande Crue de la Seine en 1910 – Entrée de la station du Métro de la rue Caumartin

Paris - La Grande Crue de la Seine - Entrée de la station du Métro de la rue Caumartin

Paris – La Grande Crue de la Seine – Entrée de la station du Métro de la rue Caumartin

Paris – La Grande Crue de la Seine  Janvier 1910 – Entrée de la station du Métro de la rue Caumartin
éditeur ND phot
§

Les égouts, par suite, de la crue de là Seine, étant en pleine charge, le tunnel du Métropolitain sera envahi par les eaux.  La station Caumartin, et le souterrain du Nord-Sud étant sous les eaux la surpression des rames sera produite dans tout le quartier de la gare Saint-Lazare. Les tunnels du métropolitain ressemblaient à de vastes conduites d’égout et plusieurs trains étaient en détresse entre les stations. Une grande nappe d’eau se formera aussi sous la rue Saint-Lazare, la rue de Provence et le boulevard Haussmann.

Share Button

Inondations de 1910 à paris – Rue lecourbe – Jardin Maraicher

Inondations de 1910 à paris - Rue lecourbe - Jardin Maraicher

Inondations de 1910 à paris – Rue lecourbe – Jardin Maraicher – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Inondations de 1910 à paris  – Rue lecourbe – Jardin Maraicher
éditeur Rose 
§

La rue Lecourbe est sous les eaux, et la perte pour les maraichers de Paris est grande, toute la production de légumes est perdue. Difficile d’imaginer que durant la seconde moitié du XIX°siècle, les maraîchers parisiens sont nombreux dans la capitale. La production légumière est grande et les jardins maraichers de Paris, comprennent 1,378 hectare, divisé entre 1,800 jardiniers, qui payent en rente de 800 à 1,300 fr. de l’hectare. Cette exploitation emploie, en outre, 1000 chevaux à l’année, et 400 chevaux pour les irrigations. L’urbanisation et l’industrialisation de la capitale sonneront la fin au début du XXe siècle des jardins maraîchers.

Share Button

Inondations de paris en janvier 1910 – le bateau de passage de la rue saint Dominique

Inondations de paris en janvier 1910 - le bateau de passage de la rue saint Dominique

Inondations de paris en janvier 1910 – le bateau de passage de la rue saint Dominique – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Inondations de paris en janvier 1910 – le bateau de passage de la rue saint Dominique
éditeur LL
§

Le véritable fleuve qui coulait rue de Lille et qui alimentait par des cascades qui jaillissaient avec force par les soupiraux de la gare d’Orsay, déferlait dans les rues de Bellechasse, de Solférino et gagnait le boulevard Saint-Germain et la rue Saint-Dominique. Rue Saint-Dominique, les habitants de plusieurs immeubles cernés par les eaux étaient ravitaillés par les barques. On a même vu un habitant de la rue qui avait enlevé la porte de son armoire à glace transformée ce meuble en radeau afin d’approvisionner ses voisins.

Share Button