Carte Postale Ancienne du Pays Basque – Une famille de Sandaliers

Carte Postale Ancienne du Pays Basque - Une famille de Sandaliers

Carte Postale Ancienne du Pays Basque – Une famille de Sandaliers – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Pays Basque – Une famille de Sandaliers
§

Installés, assis sur leur siège bas et semblant porter, sur leurs genoux, une sorte de pupitre, à mouvements mesurés, réguliers, ils, tirent une aiguille énorme enfilée d’une solide cordelette — Une aiguille semblable à celles dont usent les matelassières. Il fait chaud et la sueur perle sur leurs fronts et tombe le long de leurs joues brunes. Le travail presse et il ne s’agit pas de se reposer sous prétexte qu’il fait chaud. Et puis, les sandaliers basques ont l’habitude d’affronter les rayons du soleil. Pour en avoir la forme et l’aspect général, la sandale basque ne pouvait être confondue avec cette chaussure qu’on nomme espadrille. La semelle de corde, le dessus de toile basque blanche ou rayée de vert, de rouge, de jaune, avait un je-ne-sais-quoi de plus distingué, de plus fin, que l’espadrille. Elle était plus solide aussi, puisque ces sandales devaient résister à de multiples fandangos et que le joueur de pelote devait assurer des rudes parties sans risque de voir son orteil crever toile et corde. Et c’est pour que cette chaussure légère qui permettait de courir, de bondir, comme le savent le faire les Basques, prenant bien le pied et épousant étroitement la cheville, que les joueurs de pelote et danseurs de fandango la commandaient sur mesure. N’allez pas croire que le prix de 3 à 6 francs la paire de sandales pouvait rendre riches les familles de sandaliers de cette époque.
Share Button

Carte Postale Ancienne de Montmorillon – Le Palais de Justice

Carte Postale Ancienne de Montmorillon - Le Palais de Justice

Carte Postale Ancienne de Montmorillon – Le Palais de Justice – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Montmorillon ( Vienne) – Le Palais de Justice
Papeterie Fontenaille
§

Montmorillon, sous-préfecture du département de la Vienne est située au Centre-Ouest de la France en région Nouvelle-Aquitaine. En 1900, le sous-préfet est M. Lejeune le maire M. Monplanet et le juge de paix M. Bridier. À cette époque le canton de Montmorillon et ses 9 communes comptent 13211 habitants et les Montmorillonnaises et Montmorillonnais sont fières à la renommée de la fabrication de leurs biscuits et des macarons de Mlle Chartier, M. Chevalier, M. Couinaud, M. Emereau et M. Pineau. À noter aussi qu’à cette époque la bière de la brasserie Pillot ( A.M) est très renommée a-t-elle point qu’une affiche sera placardée pendant des décennies dans de très nombreuses villes de France. En image ci-dessous cette affiche.    

Affiche-de-la-bière-de-Montmorillon

         

Share Button

Carte Poste Ancienne de Saint Rémy des Monts – Route de Mamers

Carte Poste Ancienne de Saint Rémy des Monts - Route de Mamers

Carte Poste Ancienne de Saint Rémy des Monts – Route de Mamers – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Saint Rémy des Monts – Route de Mamers
éditeur G. Roncière le Mans
§
Commune située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire,
Saint-Rémy-des-Monts compte en 1900,  806 habitants administrés par le maire monsieur Maillard. Le photographe de l’époque s’est placé quasiment le long du mur de l’église pour immortaliser les nombreux petits Rémy-Montais et Rémy-Montaises. À cette époque il fait bon vivre à Saint Rémy des Monts et on ne peut s’imaginer que quelques années plus tard exactement au même endroit dans une grande tristesse sera inauguré un monument aux morts où seront gravés de très nombreux noms de ses habitants tombés aux champs d’honneur de la Grande guerre de 1914/1918.
Share Button

Carte Postale Ancienne du château de Dangeul

Carte Postale Ancienne du château de Dangeul

Carte Postale Ancienne du château de Dangeul – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Dangeul – Le Château
§

La ville de Dangeul est située à 15 kilomètres Mamers et 4 km de Marolles-les-Braults dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire. En 1910 la ville compte 770 habitants qui ont comme maire le comte de Fleurieu. À cette époque le château est la propriété du comte de Fleurieu et on peut facilement penser que la famille sur la carte est celle du comte, bien sûr je ne peux l’affirmer…! Alors n’hésitez pas à me laisser un message si vous connaissez ces personnes. La ville de Dangeul à la belle époque compte de nombreux agriculteurs, et voici les noms; M. Ambois, M. Fouquet, M. Lefeuvre, M. Lehoux et M. Tison. Les petits commerçants ne sont pas en reste non plus avec le boucher M. Mercier, les boulangers M. Boulai M. Cloté, le bourrelier M. Bignon, le grainetier M. Sassier, les cafetiers, M. Gaboyer, M. Menuisier, M. Hatton, M. Noël et M. Lalouet le marchand de cidre en gros.

Share Button

Carte Postale Anciennes de Saint Georges du Bois – Les sept Fontaines

Carte Postale Anciennes de saint Georges du Bois - Les sept Fontaines

Carte Postale Anciennes de saint Georges du Bois – Les sept Fontaines – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Saint Georges du Bois – Les sept Fontaines
photo Almant, Le Mans
§

Saint-Georges-du-Bois est une commune située à 8 kilomètres du Mans et 6 de Louplande dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire. En 1910, la ville compte 475 habitants administrés par le maire et agriculteur de métier M. Provost (J). À cette époque la bonne viande est l’affaire de M. Lepré le boucher. Pour le bon pain cuit au feu de bois et encore tout chaud, c’est M. Couasnon le boulanger qu’il fallait aller voir dès l’aube. Pas de petite ville sans au moins un café à la belle époque, c’est M. Daboineau, M. Ragot et M. Roulier qui tenaient les 3 bars de la commune. Les réparations des roues et attelages de toutes sortes étaient l’affaire du charron M. Cadieu, pour les chevaux c’était M. bois le maréchal-ferrant qu’il fallait trouver. À noter sur la commune la présence du château le Grand Beauvais appartenant à M. Lory (E) et celui de Gué-Perroux propriété de Madame Veuve Guibé.

Share Button