Carte Postales Ancienne des Autobus de Paris à la belle époque

Carte Postales Ancienne des Autobus de Paris

Carte Postales Ancienne des Autobus de Paris – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Les Autobus de Paris
§

Sur cette carte postale, deux générations de bus … Au premier plan l’autobus à l’impériale motorisé de la compagnie générale des omnibus et juste derrière un omnibus à l’impériale hippomobile qui restera en service jusqu’en 1913. Un petit rappel quand même de quelques chiffres ahurissants des omnibus hippomobiles. La compagnie possédait 16 017 chevaux, le maximum des voitures mises en circulation, par jour, a été de 1130 en 1897 et a parcouru cette année-là 39102000 kilomètres prés de 10 fois le tour de la terre en 1 an. En ce qui concerne les autobus motorisés, la CGO lancera en 1905 un concours auprès des industriels de l’automobile de l’époque et c’est le châssis d’Eugene Brillie des usines Schneider & Cie qui sera retenu. Les premiers autobus Brillie seront mis en service sur la ligne, Montmarte-Saint Germain des Prés et celui sur la carte postale Montmartre-place Saint-Michel, le premier novembre 1906.   

Share Button

Carte Postale Ancienne – Paris la rue Championnet – Bière GALLIA

Carte Postale Ancienne - Paris la rue Championnet - Bière GALLIA

Carte Postale Ancienne – Paris la rue Championnet – Bière GALLIA – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Paris la rue Championnet – Bière GALLIA 
§

Je pourrais vous parler de la rue Championnet, mais j’ai envie de m’arrêter sur le bandeau du café et ce qui est inscrit dessus…Bière Gallia. J’ ai aussi envie de dire bravo aux repreneurs de cette bière Gallia et bonne chance à Guillaume Roy et Jacques Ferté qui font revivre une vraie bière parisienne. C’est rue du Sarrette, dans l’actuel XIVe arrondissement de Paris qu’est née la brasserie dite de La Nouvelle Gallia. Plusieurs brasseries s’installèrent d’ailleurs dans ce quartier, bénéficiant des carrières en Lire la suite

Share Button

Paris – La Gare de l’Est ou Gare de Stasbourg

 

Gare de l’Est – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

5130 – Paris – La Gare de l’Est

éditeur : EM ( E. Malcuit ,Paris )

§

Belle animation à l’entrée de la gare de l’Est (initialement appelée gare de Strasbourg).

C’est en 1849 que la Compagnie du chemin de fer de Paris ouvre « la gare de Strasbourg »  ne prenant le nom de gare de l’Est qu’en 1854 .

Sur la droite de la carte vous apercevez une partie de l’accès en pierre de taille, type « Cassien-Bernard » de l’entrée du métro. 

Juste derrière l’autobus « Boulevard Trocadéro » – « Gare de l’Est » et à sa gauche un tramway à impériale. 

Quelque mots que l’on pouvait lire en 1900 sur la Gare de l’Est.

Au moment où sa construction fut achevée, la Gare occupait 42 000 m2, non compris les cours, les abords et les dépendances.

Depuis, elle a subi diverses transformations et des agrandissements qui l’ont encore rendue plus commode pour le public.
Ses services sont assurés par 750 Agents.

le Chef de Gare est Monsieur DAVINROY le Chef de Gare adjoint est Monsieur  M.JACOB et ses 7 sous chefs sont :  WlNGERT, VACHER, GROSFILLET, KAHN, BENOIT et PONT ,MORIN, FOUCARD

§

Si vous aimez Paris, je vous conseille encore une fois le site : Le Piéton de paris

 

 

 

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de Paris – Boulevard des Capucines

Boulevard des Capucines – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

1399  – Paris . – Boulevard des Capucines

éditeur – Levy Fils et Cie, Paris Versailles

Dos séparé – circulé sous enveloppe en 1916

§

Nous sommes dans les années 1916, cette carte nous montre un grand changement des cartes postales des années 1900.

Même si les attelages hippomobiles existent encore dans Paris, les automobiles sont de plus en plus nombreuses.

Les autobus aussi prendront petit à petit le pas sur les tramways qui doucement verront leur nombre diminuer, le 15 mars 1937 circulera le dernier tramway Parisien laissant entièrement la place aux autobus plus commodes et plus rapides  dans une circulation de Paris devenue de plus en plus importante par son grand nombre d’automobiles circulant dans la capitale.

Sur la gauche de la carte on peut voir (en agrandissant l’image en cliquant dessus), l’enseigne de L’Olympia qui pendant la durée de la Grande guerre fermera ses portes.

Cet établissement fondé en 1888 ouvrira ses portes en 1993, il deviendra le rendez-vous des plus grands artistes de plusieurs décennies, de la goulue, Mistinguett, Fréhel ou Damia, tous les grands artistes du début de XX siècle seront sur cette scène.

    La période la plus connue de notre génération est bien sûr l’époque de Bruno Coquatrix, avec les chanteurs et chanteuses qui ont bercé notre enfance ou notre adolescence, Gilbert Bécaud, Brel, Piaf, Brassens, et bien d’autres encore !

 

 

Share Button

Paris -La Rue des Pyramides et la statue de Jeanne d’Arc

Rue des pyramides - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Paris  (1er)   –   La Rue des Pyramides et la statue de Jeanne d’Arc

éditeur L.L ( qui était les initiale de Lévy Lucien et Fils)

Dos séparé – circulé à découvert

§

Non, ce n’est pas un autobus Mercedes , mais le sigle de la marque des radiateurs Radiateur Goudard et Menesson.

Autobus Radiateur Goudard et Menesson

Trop souvent on a tendance à baptiser  » De Dion-Bouton tous les autobus parisiens équipés du célèbre radiateur centrifuge trois branches inventé par Goudart et Menesson .

En fait ce radiateur fut monté le plus souvent sur des Schneider et seulement sur les autobus De Dion- Bouton DA.

Au cours de l’été 1914 la mobilisation générale eut pour première conséquence de vider les rues parisiennes de leurs autobus .

Les mille véhicules en services à cette époque furent réquisitionnés en partie pour assurer le ravitaillement en viande fraiche pour les troupes du front .

Le personnel des ateliers de la CGO transformèrent les autobus Schneider et de Dion-Bouton en  » voitures à viandes  » !!! On remplaça les vitres par de la toile métallique , à l’intérieur , banquettes , stores , panneaux étaient démontés et on installait à leur place des barres de fer auxquelles étaient fixés des crochets pour suspendre les quartiers de viande .

Ils se révélèrent extrêmement utiles pour le ravitaillement des unités combattantes .

Chaque autobus pouvait transporter 1800 kg de viande correspondant à 3600 rations .

Cela permettait d’alimenter en viande fraiche un régiment comprenant 3 bataillons de 1000 hommes . Il fallait donc 12 autobus par corps d’armée .

Avec 250 autobus les 20 corps de première ligne se trouvèrent normalement ravitaillés en viande . 

  Le reste des autobus furent affectés au transports des blessés et , accessoirement , au transport rapide des troupes montant au front .

§

Le texte intégral sur l’histoire des autobus sur l’excellent site : LE PIÉTON DE PARIS 

Share Button