Carte Postale Ancienne de Chène-Arnoult – La Mairie

Chène-Arnoult – La Mairie

Un peu de repos dans notre balade autour des communes de Charny Orée de Puisaye en s’asseyant tranquillement devant la mairie de Chène-Arnoult en 1910. 

A cette époque le maire est M. Chapuis et les Quersusarnuliens et les Quersusarnuliennes sont au nombre de 275.

Le troisième dimanche de mai et le huit décembre c’est jours de fêtes patronales et c’est l’occasion d’aller boire une Chopine ou une Fillette au café de chez  M. Bornat et de M. Rabillon.

Citons nos agriculteurs qui ont travaillé dur les terres de Chêne-Arnoult et commençons avec M. Gathelier, M. Grognet, M. Pompot et M. Tripot.

Un problème de fer sur un cheval M. Martin le maréchal-ferrant était toujours présent à sa forge. Pour une paire de sabots neufs il fallait aller taper à la porte de M. Diverly le sabotier. Un tonneau qui fui direction le tonnelier M. Bornat (L).

A noter que le pressoir était l’affaire de M. Millot et que le château était la propriété de Mme Pignon.

Un petit fait divers arrivé en 1909 pour les amateurs de la petite histoire de nos communes..

M. Léon Mourrier, était venu à bicyclette pour travailler à la ferme de La Fontaine (Chêne-Arnoult), gérée par Louis Baron. Son travail terminé, M. Mourrier rentra à Fontenouilles et s’aperçut de la disparition de la plaque de contrôle de sa bicyclette. Ses soupçons se portèrent  trés rapidement sur les époux Baron.

Après une petite enquête chez le débitant de plaques et ne trouvant aucun achat de plaque au nom de Baron, madame Baron avoua le larcin, en ajoutant que son mari ignorait cette indélicatesse.

Aujourd’hui, cette petite histoire nous fait rire, mais il faut savoir que dès 1893 tous possesseurs de vélocipèdes étaient redevables d’une taxe annuelle de 10 francs pour chaque vélocipède et 6 francs à partir de 1898, un quart du produit de cette taxe était attribué aux communes.

En 1900, les plaques étaient valables 4 ans et les propriétaires devaient faire graver sur leur plaque, leur nom, prénoms et adresse.

En 1907, le prix sera revu à la baise pour arriver à 3 francs. De 1907 à 1921, il y aura chaque année une émission d’une plaque d’un modèle différent.

Pour vous rendre compte ce que représentait 3 francs en 1907, à cette époque un pain de 4 livres coûtait 0,80 franc. Il faudra attendre l’année 1958, pour que cette taxe (impôt) sur les vélocipèdes soit définitivement abandonné.

Aujourd’hui, ces plaques de Vélo sont recherchées et collectionnées par les Placocyclephiles. 

Pascal 

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de Lezinnes – Scierie de Marbre d’hier à Aujourd’hui

Carte Postale Ancienne de Lezinnes - Scierie de Marbre

Carte Postale Ancienne de Lezinnes – Scierie de Marbre – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Lezinnes – Scierie de Marbre
Collection JD à Sens – Cliché Pissot
§
Située sur le canal de Bourgogne à 11 kilomètres de Tonnerre dans le département de l’Yonne en région Bourgogne Franche-Comté, Lézinnes en 1911 compte 893 habitants administrés par M. Paris (H) maire de la ville. À cette époque la scierie de marbre et de Pierre est la propriété de M. Soupé (G). Aujourd’hui l’endroit existe toujours, mais bien sûr la scierie a disparu et ce grand bâtiment est devenu « la gravière du Moulin » un gite d’étape offrant un hébergement de 32 lits individuels. Dommage que l’existence de cette scierie ne soit pas mentionnée sur le site de ce gite, on y parle bien du moulin mais je n’ai rien trouvé sur cette scierie. Grâce à une image google-maps et un petit montage voici où se trouvait exactement la scierie de marbre et de pierre de
Lezinnes.
Lézinnes-la-scierie-de-marbre-dhier-à-Aujourdhui

Lézinnes-la-scierie-de-marbre-dhier-à-Aujourdhui – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de la Gare de Saint-Valèrien à la belle époque

Carte Postale Ancienne de la Gare de saint Valèrien à la belle époque

Carte Postale Ancienne de la Gare de saint Valèrien à la belle époque

Gare de Saint-Valèrien
§
Petite commune du centre de la France, Saint-Valèrien est situé dans le département de l’Yonne et de la région Bourgogne Franche-Comté. Elle fait partie de la communauté de communes « Gâtinais Bourgogne ». Les valérianais et les valérianaises ont de la chance d’avoir leur petite gare dès 1901, située sur la petite ligne d’intérêt local, qui allait de Sens à Égreville elle était également tête de ligne du petit chemin de fer de Montereau à Égreville, desservie par 4 trains montants et 4 trains descendants par jour. J’ai essayé de retrouver cette gare mais en vain, sur plusieurs cartes postales on voit encore cette petite gare juste à coté d’un grand silo. Après quelques recherches sur Goolge-maps j’ai bien retrouvé le silo mais plus le petit bâtiment de la gare… Bien sur si vous connaissez exactement l’histoire de cette gare … Laissez-moi un commentaire.
Share Button

Carte Postale Ancienne – Environs de Cosne exploitation d’une Forêt

Carte Postale Ancienne - Environs de Cosne exploitation d'une Forêt

Carte Postale Ancienne – Environs de Cosne exploitation d’une Forêt

Carte Postale Ancienne – Environs de Cosne exploitation d’une Forêt
éditeur H. Pontaut, MM Cannier photographe
§

Il y a des cartes postales comme celle d’aujourd’hui qui ne sont quasiment pas localisables. En marquant les environs de Cosne, même l’éditeur de cette carte et surtout le photographe ne pouvaient donner un nom exact à cette forêt. Après quelques recherches les forêts et bois sont nombreux dans les environs de Cosne-sur-Loire, en voici quelques noms, à 6.9 km la forêt domaniale de Cosne, à 10.3 km la forêt sectionale de Villerot, à 10.8 km la forêt communale d’Annay, à 14.3 km la forêt communale de Saint-Bouize, à 14.7 km la forêt communale de Bitry, à environ 16 km la forêt communale de Vinon, la forêt communale d’Arquian et la forêt des Rabions, etc etc. Au vu de la carte des forêts je miserais sur l’une des plus grandes, avec la forêt domaniale de Bellary à 21.5 km. Et vous, avez une idée…?

Share Button