Carte postale Ancienne de la Maison LEVY à DRACHENBRONN d’Hier à Aujourd’hui

Carte postale Ancienne de la Maison LEVY à DRACHENBRONN

Carte postale Ancienne de la Maison LEVY à DRACHENBRONN – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Maison LEVY – DRACHENBRONN
§

Située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est Drachenbronn -Birlenbach s’établit sur les contreforts du piémont des Vosges, au pied du massif du Hochwald entre Haguenau et Wissembourg. C’est en 1972 que le nom de la commune devient Drachenbronn-Birlenbach à la suite de la fusion des deux villes. La maison LEVY est toujours existante, bien sûr la pompe à essence et le magasin n’existent plus mais la maison est toujours aussi belle près du cent après l’édition de cette carte postale. Grâce à Google-Maps et un petit montage photo voici ci dessous la maison dans les années 2010.

maison-Levy-a-DRACHENBRONN-dhier-à-Aujourdhui

maison-Levy-a-DRACHENBRONN-dhier-à-Aujourdhui – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

 

Share Button

Carte Postale Ancienne – Lérouville – Les Carrières

carte-postale-ancienne-lerouville-les-carriéres

carte-postale-ancienne-lerouville-les-carriéres – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Lérouville – Les Carrières
§
Commune située à 5 kilomètres de Commercy dans le département de la Meuse en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Lérouville en 1900 est administrée par le maire M. Beaux (E). Les carrières ne manquent pas à Lérouville et à cette époque les exploitants sont nombreux, en voici quelques-uns. M. Beau Édouard, M. Civet, M. Pommier et Cie, M. Vaupier père et fils. La ville en 1900 compte 2874

Lire la suite

Share Button

Colonie de Vacances de Maisons-Alfort – Descente vers la plaine Alsacienne

Colonie de Vacances de Maisons-Alfort-descente vers la plaine Alsacienne

Colonie de Vacances de Maisons-Alfort – Descente vers la plaine Alsacienne

Colonie de Vacances de Maisons-Alfort – Descente vers la plaine Alsacienne
éditeur Bauert Marchet et Cie . Dijon 
Dos séparé – non circulé 
§

Bientôt les vacances de Pâques et les colonies de vacances ou centres aérés pour de nombreux de nos enfants et petits-enfants. C’est en 1876 que le pasteur suisse Hermann Walter Bion envoie quelques enfants défavorisés de Zurich à la campagne. Cette expérience sera reprise en France dans les années 1880 par le pasteur Lorriaux de Clichy. Le succès de ces voyages et colonies de vacances organisées au grand air pour des enfants souvent défavorisés vont se multiplier d’année en année pour arriver en 1906 à la création d’une fédération nationale regroupant plus de deux cents organismes responsables des colonies de vacances pour plus de 25000 enfants sur le territoire français. Pour les enfants sur cette carte postale c’est la plaine d’Alsace, les massifs des Vosges et la Forêt-Noire qui seront le lieu de leurs colonies de vacances.

Share Button

Pêcherie Steck – Auenheim – Matelote et Friture à toute heure

Pêcherie Steck - Auenheim - Matelote et Friture à toute heure

Pêcherie Steck – Auenheim – Matelote et Friture à toute heure

Pêcherie Steck – Auenheim (Bas-Rhin) – Matelote et Friture à toute heure
Photo Lehmann – Soufflenheim ( B.-Rh.) 
Dos séparé – non circulé 
§

Voici une carte bien sympathique et peu courante d’Auenheim, petite commune du nord-est de la France, située dans le département du Bas-Rhin et de la région Alsace. Nos pêcheurs ont tendu leur filet certainement dans la Moder, petite rivière de 82 km et affluent du Rhin. Ma recherche sur la famille Steck dans les pêcheries n’ayant rien donné, j’ai quand même fini par trouver le vrai métier qu’exerçait cette famille de pêcheurs. En définitive la pêcherie était le bon moyen d’alimenter leur hôtel-restaurant, spécialiste de la matelote et de la friture à toute heure. Ci-dessous l’hôtel-restaurant Steck installé à Auenheim. 

Hotel restaurant Steck-Auenheim-Bas-Rhin

Hotel restaurant Steck-Auenheim-Bas-Rhin

Share Button

Strueth – la grande Rue

Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

746    Strueth – la grande Rue

Dos séparé – circulé sous enveloppe

§

Strueth petite commune Française située dans le département du haut-Rhin en région Alsacienne

¤

Correspondance au verso de la carte

Ma Quiquitte

La maison du milieu c’est là que je suis ,personne ne cause Français et tout ce monde là est franchement  Boches  heureusement j’en part demain

Je t’embrasse bien fort

§

Un peu d’histoire

L’Alsace-Lorraine (1871-1918)

L’Alsace et une partie de la Lorraine deviendront allemandes après la capitulation française de 1870. La partie de la Lorraine annexée avec l’Alsace par l’Empire allemand est constituée par l’actuel département de la Moselle. Ce n’est qu’ à partir du traité de Francfort (10 mai 1871) qui divise la Lorraine que l’on parlera de la « Terre Impériale » d’ Alsace-Lorraine (Reichsland Elsaß-Lothringen).

Le 10 mai 1871, le traité de Francfort confirme donc l’annexion de l’Alsace-Lorraine par les Allemands et donne aux Alsaciens-Lorrains jusqu’au 31 octobre 1872 pour se prononcer en faveur de leur citoyenneté française et quitter le pays. Passé ce délai, ils deviendront des Allemands. Environ 159.000 Alsaciens-Lorrains ont alors opté pour la nationalité française. Ils sont plus de 50.000 à abandonner leur maison et leurs amis. Mais nombreux sont ceux qui sont restés et qui protesteront contre leur incorporation sans leur consentement à l’Empire allemand.

La nouvelle province devenue allemande est divisée administrativement en trois régions: la Lorraine (Lothringen), la Haute-Alsace (Oberelsasz) et la Basse-Alsace (Unterelsasz). Ces trois régions deviendront respectivement les départements de la Moselle, du Haut-Rhin et du Bas-Rhin à leur restitution à la France en 1918. Le rattachement de l’Alsace-Lorraine à l’Empire allemand donnera à cette région des institutions empruntées au système allemand, conservées du système français, ou souvent nouvelles. Le droit local, auquel les Alsaciens sont très attachés et qui concerne des domaines aussi variés que le notariat, le régime foncier, les assurances sociales, les cultes et l’enseignement primaire, la chasse, le régime des tutelles, les associations, sera conservé lors du retour à la France après 1918, et même après 1945.

Pendant la première guerre mondiale, environ 250.000 Alsaciens-Lorrains seront mobilisés dans l’armée allemande, mais 17.000 engagés volontaires rejoindront les troupes françaises et seront ensuite suivis par de nombreux déserteurs. Après novembre 1918, le retour à la France ne se passe pas sans difficultés: expulsion d’environ 110.000 habitants d’origine ou partiellement d’origine allemande, maladresses de l’administration qui exacerbent les passions autonomistes.


texte d'Alsace en lorraine
Share Button