Carte Postale Ancienne de Arnay-le-Duc – Type du pays – Un tailleur de Limes

Carte Postale Ancienne de Arnay-le-Duc - Type du pays - Un tailleur de Limes

Carte Postale Ancienne de Arnay-le-Duc – Type du pays – Un tailleur de Limes – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Arnay-le-Duc – Type du pays – Un tailleur de Limes
Rimet-Bazin éditeur à Arnay-le-Duc
§

Des milliers d’ouvriers, ajusteurs, outilleurs, tôliers, serruriers, bijoutiers etc. etc se servaient chaque jour d’une lime. Combien cependant savent comment on la fabriquait, et la pénible vie de ceux qui travaillaient à cette fabrication. C’était d’abord l’arrivée des barres d’acier à l’usine ou dans les ateliers pour l’ébauchage.  Les ébauches, de limes forgées au marteau étaient alors recuites dans des fours puis, elles étaient ensuite passées à la meule ou limées afin que toute sa surface soit exempte d’aspérités. Elles étaient alors prêtes à être taillées. La taille des limes se faisait soit à la main, soit à la machine. Lorsque le travail se faisait à la main, l’enclume sur laquelle on travaillait était munie d’un support en Lire la suite

Share Button

Carte postale Ancienne – Les Cris de Paris – le marchand à La charrette à Bras

Les-Cris-de-Paris

Carte postale Ancienne – Les Cris de Paris – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Les Cris de Paris 9 . 2e Série 
éditeur J.Gerson 17 rue des petites écuries Paris
Dos simple
§

Terminons cette série de cartes postales des cris de Paris avec cette CPA et ce marchand tirant sa charrette à Bras en chantant  » C’est moi qui les fais, C’est moi qui les vends, C’est ma femme quem-po-che la ga lett, Voi là l’Marchand. 

Share Button

Les Cris de Paris – La raccommodeuse de paniers

Les-Cris-de-Paris-

Les-Cris-de-Paris-

Les Cris de Paris 3 . 2e Série  – La raccommodeuse de paniers 
éditeur J.Gerson 17 rue des petites écuries Paris 
Dos simple 
§

Continuons notre petit tour des petits métiers de Paris avec aujourd’hui la raccommodeuse de paniers. Même si nous sommes à la Belle Époque les temps sont durs pour prés d’un quart des Parisiens . Difficile aujourd’hui d’imaginer un Paris des années 1900 avec dans ces murs prés de 3 millions d’habitants soit plus de Parisiens qu’aujourd’hui. Les indemnités chômages, le RSA et les aides en tous genres ne sont pas encore vraiment d’actualité pour ces pauvres gens qui essayent de survivre dans cette France d’avant-guerre. Sur cette carte postale c’est une raccommodeuse de paniers qui arpente les rues de Paris en criant « Raccommodeuse » »raccommodeuse ». Il faut quand même préciser que le début du XX siècle est l’âge d’or de la vannerie, et les paniers de toutes les formes sont très utilisés dans tous les moments de la vie des Français et donc par ce fait souvent abimé.   

Share Button

Les Cris de Paris – Le Quotidien – Le Petit Bleu de Paris

Les-Cris-de-Paris

Les Cris de Paris – Le Quotidien – Le Petit Bleu de Paris – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Les Cris de Paris 8 . 2e Série  – Le Quotidien – Le Petit Bleu de Paris
éditeur J.Gerson 17 rue des petites écuries Paris 
Dos simple 
§
Cette série de éditeur J. Gerson nous montre les Gagne Petit et les petits métiers du Paris de 1900. Grâce à ces notes de musique, Il nous fait aussi quasiment entendre les cris que l’on entendait dans les rues de ce Paris de la belle époque. Sur cette carte postale un vendeur de journaux et plus particulièrement du journal le  » Petit Bleu de Paris ». Voici l’air  que l’on pouvait chanter sur ce Petit Bleu de Paris;

Lire la suite

Share Button

Fête Foraine – Le Marchand de Coco bien frais

La Fête Foraine Le Marchand de Coco.

La Fête Foraine Le Marchand de Coco – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

30  – Fête Foraine Le Marchand de Coco
éditeur MS&Cie 
Dos séparé – non circulé 
§

Nous sommes dans les années 1900 et les enfants qui s’amusent à la fête foraine se désaltèrent en buvant du Coco. Pour les très jeunes et moins jeunes, n’imaginez pas que ce coco était le jus de la noix de Coco que l’on trouve maintenant un peu partout dans les supermarchés…Que nenni, en fait cette boisson était le résultat tout simplement de la macération de bois de réglisse dans de l’eau citronnée que l’on servait bien frais. À cette époque le verre de coco était bon marché et se vendait environ 5 centimes, ce qui était à la Belle Époque encore accessible à beaucoup. Bien souvent le marchand de coco de la belle saison se transformait en hiver en vendeur de tisane bien chaude, en passant de… » Venez boire le Coco.. Le Coco.. Le Coco.. bien frais » À… Venez boire ma tisane…elle est chaude très chaude ma tisane…!       

Share Button