Carte Postale Ancienne de Arnay-le-Duc – Type du pays – Un tailleur de Limes

Carte Postale Ancienne de Arnay-le-Duc - Type du pays - Un tailleur de Limes

Carte Postale Ancienne de Arnay-le-Duc – Type du pays – Un tailleur de Limes – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Arnay-le-Duc – Type du pays – Un tailleur de Limes
Rimet-Bazin éditeur à Arnay-le-Duc
§

Des milliers d’ouvriers, ajusteurs, outilleurs, tôliers, serruriers, bijoutiers etc. etc se servaient chaque jour d’une lime. Combien cependant savent comment on la fabriquait, et la pénible vie de ceux qui travaillaient à cette fabrication. C’était d’abord l’arrivée des barres d’acier à l’usine ou dans les ateliers pour l’ébauchage.  Les ébauches, de limes forgées au marteau étaient alors recuites dans des fours puis, elles étaient ensuite passées à la meule ou limées afin que toute sa surface soit exempte d’aspérités. Elles étaient alors prêtes à être taillées. La taille des limes se faisait soit à la main, soit à la machine. Lorsque le travail se faisait à la main, l’enclume sur laquelle on travaillait était munie d’un support en métal. Ce support, que les ouvriers appelaient «étampe» était très souvent en plomb dans les grosses entreprises le plomb était remplacé par un alliage de zinc et d’étain. Les tailleurs de limes travaillaient avec un marteau dont le poids variait suivant la grandeur des limes, de 1 à 5 kilos, et un petit burin triangulaire. Cent cinquante à deux cents fois dans une minute, le bras du tailleur se levait et le marteau frappait sur le burin. Le tailleur de limes travaillait sur son enclume, la poitrine rentrée en maintenant solidement avec ses jambes la courroie de cuir qui empêchait la lime de bouger. Seuls les bras pouvaient se mouvoir librement. Plus la lime était grande, plus le marteau avec lequel on frappait sur le ciseau devait être lourd. La taille des limes pouvait être très grosse, grosse, bâtarde, demi-douce, douce, très douce. La taille était dite simple lorsque les entailles n’étaient pas entrecroisées et doubles dans le cas contraire. Les limes plates rectangulaires avaient généralement un de leurs petits côtés non taillés, ce côté lisse portait le nom de « blanc de la lime ». Lorsque la taille était achevée, il ne restait plus qu’à tremper la lime, chaque fabricant avait pour ainsi dire, un procédé particulier pour cette opération. Les limes étaient classifiées par rapport à leurs dimensions ou à leurs formes.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *