Les Anciennes Coiffures Beauceronnes – La Coiffe de deuil – Fichus pour la semaine

Les Anciennes Coiffures Beauceronnes

Les Anciennes Coiffures Beauceronnes – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Les Anciennes Coiffures Beauceronnes 
Dos séparé – circulé sous enveloppe 
éditeur – L. Lenormand , Orléans 
§

La Beauce couvre environ six cent mille hectares répartis sur cinq départements, qui sont; l’Eure-et-Loir – Le Loir-et-Cher – Le Loiret -les Yvelines et l’Essonne. Les habitants de la Beauce sont les Beaucerons et bien sûr les Beauceronnes qui il n’y a pas encore si longtemps portaient des coiffes selon les occasions, voici quelques exemples de coiffures. N°1 La Coiffe de deuil , N°2 et N°4 les Calines, N°3 La coiffe pour le dimanche, N° 5 et N°6 Fichus pour la semaine, N° 7 et N°8 Coiffures 

Share Button

Auneau – La-Culture en Beauce – Le Labour

Auneau-La-Culture en Beauce - Le Labour

Auneau-La-Culture en Beauce – Le Labour – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Auneau ( E et L.) – La-Culture en Beauce – Le Labour
Nouvelle collection Porchert Auneau  
Dos séparé – circulé à découvert en 1931
( Timbre 15c exposition Coloniale internationale )
§

Restons avec nos agriculteurs avec cet attelage de deux chevaux tirant cette charrue. Il existe des centaines voire certainement des milliers de cartes représentant ce moment si important en agriculture qu’est le labourage, mais a chaque région son attelage et sa charrue. Bien sûr la technique de labourage est bien souvent la même, mais le nombre et l’espèce animale attelés changent selon la région mais aussi selon les moyens financiers de l’agriculteur. Il n’était pas rare de voir des attelages de quatre voire six boeufs ou chevaux dans certaines régions ou des attelages mixtes mettant le cheval en avant suivi des boeufs pour tirer la charrue. Bien sûr ce labourage animal sera doucement évincé par l’arrivée du tracteur. Dès 1938 c’est plus de 30000 tracteurs utilisés en France et plus de 140000 en 1950 qui signent quasiment la fin des attelages bovins et hippomobiles … une diminution de la fatigue et l’augmentation de la production font dorénavant du tracteur l’outil indispensable de l’agriculteur.   

Share Button

Carte postale de Louville la Chenard- A cheval sur la place

en panne de clignotants

28-Louville la Chenard-la place - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

28-Louville la Chenard-la place – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Louville la Chenard-la place

Cliché Barette à Voves – éditeur Sévot

Dos séparé – timbre recollé

§

Comme toujours à cette époque les braves gens de Louville-la-Chenard se sont déplacés pour être de la fête et bien sur être sur le cliché du photographe.
Sous l’œil amusé des Louvilloises et au beau milieu de la place trois Louvillois s’amusent à faire les pitres sur un cheval.
En 1900 Louville-la-Chenard est une petite ville de 523 habitants située à 28 kilomètres de Chartres et à 63 kilomètres de Dreux, son maire est Monsieur Leprince et le notaire Mr Poisson.
L’éditeur de cette carte postale « Sevot » n’est autre que l’un des deux aubergistes de Louville-la-Chenard, l’autre étant « Mardelet »… citons tous les noms des commerçants et des petits metiers qui ont fait vivre cette ville.
Les agriculteurs, Gidoin, Joseph, Marchon, Pelletier, Poisson; Le Bourrelier Mr Hubert; La Chapellerie Michaux; le marchand de draps Mr Phillissien; Les épiciers, M.Chaussie et M.Michau; Les Maréchaux Mr Auger et Mr Hy; Les meniers, Mr Guillot et Mr Sevestre; La tuilerie Siron-Boudon et bien sur le vétérinaire Mr Marquis.  
A noter le Château de Louville en 1901: Vte au Brossin de Méré.
Share Button

En 1910 à Maintenon – Rue du Faubourg – Larue

28-Maintenon-Rue du Faubourg-Larue - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

28-Maintenon-Rue du Faubourg – Larue – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

30  – Maintenon – Rue du Faubourg – Larue

Ch. Foucault, éditeur – Dreux

Dos séparé – circulé à découvert

§

La rue du Faubourg-Larue à Maintenon dans l’Eure et Loire semble bien tranquille , il faut dire que nous sommes dans les années 1910 et le cheval tire encore la charrue..!

100 ans après de nombreux Maintenonnais et Maintenonnaises se plaignent ou se plaignaient du bruit que font où faisaient les camions en traversant leur ville, une déviation était prévue … Où en est ce projet ?
Merci de me laisser un commentaire si vous êtes au courant.

Mais revenons en 1910, la ville de Maintenon est située au confluent de l’Eure et de la Voise à 19 kilomètres de Chartres, son maire est le Duc de Noailles et son juge de paix Monsieur Gautier.

Comme très souvent à cette époque les 2013 habitants de Maintenon ne sont pas en manque de commerces, pas moins de 4 boulangeries, 3 boucheries et 12 épicerie Merceries sont installées en ville

Sur cette carte postale le cheval et la charrue est au premier plan, bien sur à cette époque les paysans labourent encore leur terre à l’aide d’une charrue tirée par un ou deux chevaux de trait.

En 1911 les charrons de Maintenon sont Mr Launay et Mr Pichot, le marchand d’instruments agricoles est Mr Christen, les bourreliers sont Mr Clichy, Mr Delarue et Mr Peyé et bien sur citons les agriculteurs de cette époque Mr Pénelle et De Noailles.

Une photo google de la Rue du Faubourg-Larue à Maintenon 100 ans après l’édition de cette carte postale 

Maintenon-la-rue-du-faubourg-Larue-100-ans-aprés

Maintenon-la-rue-du-faubourg-Larue-100-ans-aprés


 

Share Button

Belhomert-Vautrait-Bertin-Fin de Chasse 1911- Le départ

28-Belhomert-Vautrait-Bertin-fin de chasse 1911- le départ - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

28-Belhomert-Vautrait-Bertin-fin de chasse 1911- le départ – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Belhomert-Vautrait-Bertin-Fin de Chasse 1911- Le départ

Photo Dubois, Belhomert

dos séparé -circulé à découvert en 1918

§

Comme le dit la légende sur cette carte postale « c’est la fin de la chasse », tables, chaises et meubles sont rangés pour la prochaine chasse à courre aux sangliers ( appelée aussi vautrait) du nom des chiens (Vautres) utilisés à cette époque.

A cette époque (1911) Belhomert-Guehouville est une petite ville de 535 habitants, située à 28 kilomètres de Nogent le-Rotrou et à 5 kilomètres de ‘la Loupe’, son Maire est Monsieur Julien Sagot.

Combien de ces chasseurs ont mangé du pain de la boulangerie Plard, bu le café chez billard, mangé le pâté de la charcuterie Léger, et buvait le vin de la Maison Rocque ?

Pour les amateurs de Chasse à courre, ci-dessous un petit diaporama que j’avais fait avec des cartes de ma collection, le tout accompagné au son de Cor de chasse….

 

Share Button