Carte Postale de Bourg-Fidèle – Rue de la Gare en 1900

08-Bourg-Fidele-Rue-de-la-Gare – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Bourg-Fidèle (Ardennes) – Rue de la Gare

J.- Winling, éditeur Charleville

Dos séparé – circulé à découvert en 1909

§

Comme le disait souvent mon père avant de partir de l’endroit où il se trouvait … Allez.. « Givet »… et ma mère demandait à chaque fois « Mais où çà Raymond  » dans les Ardennes bien sur répondait mon père.

Mais aujourd’hui ce n’est pas à Givet que cette carte postale nous amène …mais à Bourg-Fidèle.

Bourg-Fidéle en 1900 est située à 4 kilomètres de Rocroi et 218 kilomètres de Paris, on compte 1133 Bourquins et Bourquines administrée par V.Paris .. Maire de son état.

Comme d’habitude les commerces sont nombreux à cette époque , 4 cafés aubergistes; Beauchot, Gare, Graux et Paris;  2 Boucheries, Veuve Clément et Hutin.  3 Boulangeries, Dunaine-Dunaine, Dunaine-Stock et Manteau.  2 épiceries, La coopérative et l’économat.

Mais Bourg-Fidèle sera en ce début du XXe siècle un important site de fonderies et d’émailleries, en 1900 la maison Devie (Henri) est une fonderie émaillerie , la maison Péchenard est émailleur et les Forges sont tenues par Baudelot et Cie.

Toute cette industrie sera à la source d’une première pollution des sols de la commune utilisant des sables de fonderie pour stabiliser les rues du centre ville.

Mais Bourg-Fidèle c’est aussi en 1969 la petite ville du film « les patates » de Claude Autant-Lara interprété en autre par Henri Virlojeux et Pierre Perret.


 

Share Button

Carte Postale de Fleville – Vue venant de Grandpré

08-Fleville-Vue-Venant-de-Grandpré – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

 Fleville – Vue de Grandpré

éditeur  Vve Ravariny – Cliché Durand

Phototypie Combier, Macon

Dos séparé – circulé sous enveloppe en 1925

§

On a plus l’habitude de trouver des cartes de Fléville venant de Saint Juvin que de Grandpré mais le photographe Mr durand en avait décidé autrement.

Fléville est une petite ville des Ardennes située à 10 kilomètres de Grandpré et de 5 kilomètres de Saint Juvin.

Mais allons faire faire un petit tour en 1911 à Fléville … Le maire est Monsieur Levasseur (A), agriculteur de son métier.

Le bon pain est fait par les boulangers Gérard et Mater, le petit café ou le verre de rouge se boivent chez Bigault (Cel), Dromart, Gillet et Morin.

les Flévilloises font leurs courses dans les épiceries Bigault ( C) et Dartois et achètent les plats et moules à gâteaux chez le ferblantier Bourgrain.

Pour la laine mérinos passons voir Mr Lesage, Mr Levasseur Célestin et Levasseur Mabille.

Bien sur, pas de ville dans les années 1900 sans maréchal-ferrant, les maisons Estennevin et Montchot s’occupent bien des chevaux pendant que le charron Mr Prioux se charge des attelages en tous genres.

Citons avant de partir de Fléville, les cordonniers Mr dartois et Mr Touly, les menuisiers Mr Albert, Mr Collinet et le tailleur Mr Gilbin.

Share Button

Rethel – Les Marches du Palais

Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Rethel – Les Marches du Palais

A.Wilmet ,phot – édit ,Rethel

Dos séparé – circulé à découvert en 1908

§

Rethel est une ville française, qui se situe dans le département des Ardennes.

Capitale du boudin blanc qui serait né des mains d’un cuisinier répondant au nom de Chamarande.

Ce dernier aurait exploité la matière première « la viande de porc »en la rajoutant à la bouillie de lait.

Mais Rethel est aussi, comme le disait Victor Hugo.

«  »Une ville se répandant gracieusement du haut d’une colline jusque sur la rivière d’Aisne ,visiter cette ville pleine de charme permet de parcourir différents siècles d’histoire.’’’

Allez, on se donne tous rendez vous le dernier week-end d’avril à la Foire au boudin blanc de Rethel !

Share Button