Cartes Postales Anciennes – Paris Vieux Montmartre – Le Maquis

Cartes Postales Anciennes - Paris Vieux Montmartre - Le Maquis

Cartes Postales Anciennes – Paris Vieux Montmartre – Le Maquis – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Paris Vieux Montmartre – Le Maquis
éditeur ND Phot 
§

Cette carte postale du maquis de Montmartre rappelle un bien triste fait divers qui c’est passé le dimanche 3 septembre 1916 dans un terrain vague, à l’endroit dit « du maquis de Montmartre » Des enfants étaient venus nombreux se livrer à des jeux. Les garçonnets jouaient aux soldats et les fillettes élevaient dans le sable des fragiles châteaux. Soudain, une excavation se produisit dans un monticule de sable; des enfants avaient été entraîné par l’éboulement. Les pompiers furent appelés aussitôt et réussirent à les dégager, mais, malgré lés soins du médecin-major des pompiers, une petite fille âgée de douze ans à succombé. 

Share Button

Charente – Champagne-Mouton – Le Bureau de la poste et du télégraphe

charente-Champagne-Mouton-Le-Bureau-de-la-poste-et-du-telegraphe

Charente – Champagne-Mouton – Le Bureau de la poste et du télégraphe

1718 – Charente – Champagne-Mouton – Le Bureau de la poste et du télégraphe
Cliché Braun – Dos séparé
§

 Commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente en région Poitou-Charentes, les Champenois et Champenoises en 1900 sont au nombre de 1187 administrés par le maire Mr Planteau-du-Breuil. À cette époque le notaire est Mr Chadoutaud, le juge de paix Mr Morant et l’huissier Mr Billochon. Tout ce beau monde se retrouve de temps en temps pour régler quelques affaires aux cafetiers de la ville tenus par Mr Changeur, Mr Debord, Mr Desanges, Mr Moreau et Mr Rigeon. À noter que le château Juyers est la propriété de M. Ducouret.   

Share Button

Meudon – L’escalier de Fer en 1900

Meudon - L'escalier-de-fer

Meudon – L’escalier-de-fer – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

8  –  Meudon – L’escalier de Fer 
éditeur C.P. 
Dos séparé – circulé à découvert 
§

 Haut de 8,60 m, balustrade incluse voici le mur de l’allée des Marronniers en 1900. L’escalier de fer que l’on voit sur cette carte postale permettait d’accéder à la terrasse de l’observatoire qui offrait une large vue sur Paris et Meudon. Un petit mot quand même sur l’éditeur de cette carte postale qui pour beaucoup de cartophiles reste que deux initiales. C.P en bleu était la marque de l’éditeur du Comptoir Parisien installé 156 rue Oberkampf dans le XIe arrondissement de Paris. 

Share Button

Carte Postale Ancienne de la Gare d’Arromanches – l’Attente du Train

La-Gare-Arromanches - l'Attente-du-Train

La Gare – Arromanches -l’Attente du Train

2 – La Gare – Arromanches -l’Attente du Train
Collection Ph. B., Arromanches
Dos séparé – non circulé
§

Qui aurait pu imaginer que cette petite ville des années 1900 serait un jour une des villes mythiques du débarquement de juin 1944. En 1900 Arromanches les bains est une petite ville de 444 habitants située à 10 kilomètres de Bayeux dans le département du Calvados en région Basse-Normandie. Le maire à cette époque est Monsieur Louis Dupuis, on peut lire aussi qu’à cette époque la plage est très belle et que les bains de mer sont très fréquentés. Pour les Bains de mer chauds c’est Monsieur Loiseleur le spécialiste. Les choses sont bien faites et un service de voitures public fonctionne tous les jours pendant la saison des bains et compte 6 départs de et pour Bayeux, correspondance avec tous les trains du chemin de fer. À noter que le château Fontaine à cette époque appartient Madame « Veuve » Dosseur.

Share Button

Paris 1910 – La grande crue de la seine – Rue Bellechasse – Secouristes militaires portant secours aux habitants

07arrt-paris-La grande crue de la seine- secouristes militaires portant secours aux habitants

La grande crue de la seine- secouristes militaires portant secours aux habitants

Paris 
La grande crue de la seine  (janvier 1910)
Inondation de la rue Bellechasse – Secouristes militaires portant secours aux habitants
éditeur ND Phot. 
Dos séparé – circulé à découvert
§

Les militaires portent secours aux habitants de la rue de Bellechasse, le 28 janvier 1910 le Petit Parisien nous retrace les péripéties de nombreux Parisiens pris par les eaux de la Seine.

L’immeuble portant le numéro 15 de la rue de Solférino qui fait face au ministère de la Guerre a dû être évacué dans la matinée. Une excavation profonde s’est en effet produite devant la porte d’entrée de la maison. L’eau s’y engouffre avec un bruit effrayant.
Le  spectacle  est   vraiment  tragique.
On entend, en effet, dans le lointain, des cris angoissants.
Ce sont les locataires d’un hôtel de la rue Bellechasse qui, à leur réveil, se sont vus bloqués par les eaux. Depuis le matin — il est alors près de deux heures de l’après-midi — ils n’ont rien mangé.
 
On les entend crier : « du pain ! Au secours ! »
Enfin, une barque peut parvenir jusqu’à eux. Un agent arrive les bras encombrés de longues miches de pain. Les « affamés » l’acclament longuement et battent en son honneur un triple ban d’allégresse.
Le lieutenant-colonel Lenfant arrive bientôt sur les lieux avec une compagnie d’infanterie, il essaye de réquisitionner auprès d’un chef de chantier plusieurs paires de bottes d’égoutier. Mais on lui répond qu’il faut… l’autorisation de la Ville de Paris… le visa du préfet, l’enregistrement dû… etc…Bref l’officier supérieur comprend qu’il n’aurait peut-être l’autorisation que dans une huitaine de jours.

Continuer la lecture

Share Button