Orléans – L’ Aérodrome des Groues – L’Enseigne de Vaisseau Conneau Beaumont – Circuit Européen 1911

Orléans - L' Aérodrome des Groues - L'Enseigne de Vaisseau Conneau Beaumont

Orléans – L’ Aérodrome des Groues – L’Enseigne de Vaisseau Conneau Beaumont

Orléans – L’ Aérodrome des Groues – L’Enseigne de Vaisseau Conneau ( Beaumont ), vainqueur de Paris Rome et du Circuit Européen dans une de ses escales à Orléans.
éditeur Orléans 
§

LE CIRCUIT EUROPÉEN EST TERMINÉ BEAUMONT EST LE VAINQUEUR

Le circuit européen est terminé. Il restera dans les annales de l’aviation, après Paris Madrid, comme une grande épreuve des temps héroïques. Son succès a été considérable. Il eût pu l’être plus encore si les comités belges, hollandais et anglais n’avaient pas eu trop souvent voix au chapitre, en ce qui concerne l’application d’un règlement un peu compliqué par lui-même et qu’ils s’ingénièrent souvent à interpréter au mieux de leurs intérêts locaux.
Le triomphateur du circuit européen, qu’il nous plaît tout particulièrement de complimenter ici est l’enseigne de vaisseau Conneau, en aviation André Beaumont ; Jean Conneau était un des premiers Lire la suite

Share Button

Histoire de l’Aviation de Clément Ader à 1910 – Le Monoplan Botty

Histoire de l'Aviation de Clément Ader à1910 - Le Monoplan Botty

Histoire de l’Aviation de Clément Ader à 1910 – Le Monoplan Botty – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Histoire de l’Aviation de Clément Ader à 1910 – Le Monoplan Botty
Carte N° 100 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§

Et Voilà… Cette grande série de cartes postales sur l’histoire de l’aviation de Clément Ader à 1910 se termine aujourd’hui avec cette centième et dernière carte postale. De Clément Ader à 1910, dans l’enthousiasme des premières heures de l’aviation, un grand nombre de sportsmens envahiront les rares aérodromes, avides de s’initier à la pratique de l’aviation très souvent uniquement par goût, sans y être engagés par des intérêts professionnels, sans même rechercher la gloire qui s’attachait à leurs exploits. De tous ces sportsmens certains deviendront célèbres et leurs noms seront à tout jamais liés à l’histoire de l’aviation.

Share Button

Histoire de l’Aviation – 1910 – Le monoplan La Frégate de Robert de Lesseps

Histoire de l'Aviation - 1910 - Le monoplan La Frégate de Robert de Lesseps

Histoire de l’Aviation – 1910 – Le monoplan La Frégate de Robert de Lesseps – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Histoire de l’Aviation – 1910 – l’Aéroplane La Frégate
Carte N° 99 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§

Le monoplan La Frégate de Lesseps, d’une envergure de 10 mètres, d’une longueur de 6,5 mètres et d’un poids à vide de 210 kilos avait une forme bien particulière avec des ailes incurvées rappelant les ailes d’un oiseau. M. Robert de Lesseps avait commandé à une société de construction d’appareils aériens, un aéroplane d’un type inédit qu’on avait baptisé La Frégate en versant d’avance un acompte de 5.000 francs. Quand fut achevée la construction de l’appareil, M. Robert de Lesseps en confia l’essai à son frère, mais il arriva que Lire la suite

Share Button

Histoire de l’Aviation de Ader à 1910 – Chute mortelle de l’aviateur Antonio Fernandez

Histoire de l'Aviation de Ader à 1910 - Chute mortelle de l'aviateur Antonio Fernandez

Histoire de l’Aviation de Ader à 1910 – Chute mortelle de l’aviateur Antonio Fernandez – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Histoire de l’Aviation de Ader à 1910 – l’Appareil Fernandez
Carte N° 98 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§

Chute mortelle de l’aviateur Fernandez : De nationalité espagnole, Antonio Fernandez était né le 2 février 1876 à Aranjuez, aux environs de Madrid. Sa profession de couturier pour dames, où il avait conquis à force de travail, une avantageuse situation ne semblait guère devoir le préparer à s’occuper d’aviation. Mais Fernandez était de ceux qui ont le goût inné des applications mécaniques et qui suppléent parfois, par une réelle ingéniosité aux lacunes de leurs connaissances théoriques. Le 6 novembre 1909 à 7 h. du matin, l’aviateur espagnol Antoine Fernandez arrivait à l’aérodrome de la Brague, près d’Antibes, pour y poursuivre les essais de son biplan commencés depuis plusieurs jours avec des résultats encourageants. En examinant l’appareil avec son mécanicien Louis Lelèvre, l’aviateur constata qu’un fil de commande du gouvernail était Lire la suite

Share Button

Histoire de l’Aviation de ader à 1910 – Le Monoplan de Igo Etrich

Histoire de l'Aviation de ader à 1910 - Le Monoplan de Igo Etrich

Histoire de l’Aviation de ader à 1910 – Le Monoplan de Igo Etrich – Histoire de l’Aviation de ader à 1910 – Le Monoplan Etrich

Histoire de l’Aviation de ader à 1910 – Le Monoplan Etrich
Carte N° 97 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§

Apres des essais en vol plané sur un monoplan sans moteur. l’aviateur Autrichien Igo Etrich, se décide à construire un aéroplane à moteur. La surface portante était de 38 m² sur ce monoplan qui rappelait les ailes déployées la forme d’un oiseau.  A l’arrière une queue mobile de 10 m² sert de gouvernail de hauteur. À l’extrémité de la queue un gouvernail de direction de 1 m² 75. À l’avant de l’appareil est placé une hélice « Intégratte » de Chauvière de 2 m. 30 de diamètre, directement actionnée par un moteur Clerget de 50/60 chevaux., placé  contre le siège du pilote et tournant à 1.500 ou 1.600 tours. L’aéroplane, dont les ailes sont mobiles à l’arrière pour la stabilisation transversale, pèse 300 kilos sans pilote et l’aéroplane est monté sur un châssis porteur, élastique à deux roues.

Share Button