Carte Postale Ancienne de la Catastrophe de Villepreux les Clayes le 18 juin 1910

Carte Postale Ancienne de la catastrophe de Villepreux les Clayes le 18 juin 1910

Carte Postale Ancienne de la catastrophe de Villepreux les Clayes le 18 juin 1910 – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Catastrophe de Villepreux les Clayes le 18 juin 1910
Photographie du journal le Matin
§
La terrible catastrophe. La gare de Villepreux les Clayes, située à sept kilomètres de Saint-Cyr, entre Plaisir-Grignon et Versailles, dessert à la fois le village de Villepreux et celui des Clayes, situés l’un et l’autre de chaque côté de la ligne de l’Ouest-Etat. À cinq heures dix, le train 467, faisant le service de Paris à Dreux, arrivait en gare de Villepreux-les-Glayes. Au moment| de repartir, le mécanicien s’aperçut d’une panne de machine. Un tiroir était avarié la réparation n’était pas possible. On téléphona à Versailles pour demander une machine de renfort; un retard de quarante minutes était prévu. Le chef de gare de Villepreux, se basant sur cette latitude, donna aussitôt l’ordre de fermer tous les signaux afin de

Lire la suite

Share Button

Carte Postale Ancienne – Choisy-le-Roi – Inondations de 1910 – Une maison éffrondée au 10 avenue d’Alfortville

Carte Postale Ancienne - Choisy-le-Roi - Inondations de 1910 - Une maison éffrondée au 10 avenue d'Alfortville

Carte Postale Ancienne – Choisy-le-Roi – Inondations de 1910 – Une maison éffrondée au 10 avenue d’Alfortville

Choisy-le-Roi – Inondations de 1910 – Une maison éffrondrée au 10 avenue d’Alfortville
éditeur Imprimerie réunie, 59 avenue de Paris
§

 Enfin l’eau se retire régulièrement et les sinistrés de la banlieue parisienne regagnent leurs demeures quand elles ne sont pas en ruines. Le 3 février 1910 une maison de trois étages, située 10, avenue de Villeneuve, à Choisy-le-Roi, s’effondre, entraînant le mur mitoyen qu’elle avait avec un petit pavillon élevé d’un seul étage. Par bonheur, ni l’un ni l’autre de ces immeubles n’étaient habités.

Share Button

Montceau-les-Mines – Des Mineurs de fond

Montceau-les-mines-mineurs de fond

Montceau-les-mines-mineurs de fond

4 . Montceau-les-Mines – (S.-et-L.) – Mineurs de fond
éditeur CLB  ( établisement C.Lardier -Besançon)
dos séparé – circulé sous enveloppe
§

J’accompagnais une équipe de sauveteurs vers le lieu de l’explosion, et partout dans les galeries, je voyais des ravages qui témoignaient de la violence de cette explosion.
C’est un désordre inimaginable les chariots sont brisés et leurs débris sont en tas; des morceaux de rails sont tordus ; une lampe de mineur est incrustée dans le mur ; un pauvre cheval mort est sur le dos et ses jambes pendent brisées.
Nous croisons des équipes qui rapportent des morts.
« Depuis mon enfance je vis dans la mine eh bien, monsieur, j’ai trouvé cette vision épouvantable ! Et dire que c’est là le sort auquel, chaque jour, nous sommes exposés ! Un coup de mauvais air un crac ! un brave et vaillant ouvrier plein de force et d’entrain à l’ouvrage devient cette chose lamentable que des camarades rapportent avec précaution à travers les écoulements !
Et, encore heureux quand ils peuvent vous rapporter; savoir sur quelle tombe s’agenouiller pour pleurer.
Enfin, puisqu’il paraît que c’est notre destinée, que c’est la fatalité, passons. »
Nous arrivons près du montage où se trouvait un barrage. Le passage est difficile, dangereux ; les parois de la galerie, ravinées par l’explosion, menacent de s’écrouler; n’importe! Les sauveteurs ne songent pas au danger : il y a peut-être des camarades qui respirent encore des malheureux à dégager.

Voici ce que l’on pouvait lire le 5 février 1895 sur le Petit Parisien suite à l’épouvantable catastrophe qui fit 28 morts et 8 blessés et qui jetât la consternation dans toute la région minière de Montceau-les-Mines
Share Button

Angers – la castastrophe des ponts de Cé 1907

Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

9 – Angers – la castastrophe des ponts de Cé , 4 aout 1907 .

le train de voyageurs d’Angers à Poitiers tombe dans la Loire

le pont après l’effondrement en bas la locomotive

L.V .Phot

Dos séparé – circulé à découvert en 1907

§

Article relevé dans le petit journal, année 1907

¤

C’est bien une catastrophe, en effet, qui s’est produite hier aux environs d’Angers, car on parle d’une trentaine de victimes. Toutes appartiennent à la population laborieuse, toutes étaient parties joyeuses, sous la caresse chaude du soleil, en cette matinée de splendide dimanche. Et c’est  la mort qu’elle  allaient !…

Des causes de la catastrophe, on ne sait encore que peu de chose, ce que les premières constatations ont permis d’établir approximativement. Quoi qu’il puisse être démontré, c’est avec une émotion intense que l’on s’inclinera devant les nouvelles victimes d’une atroce fatalité.

Voici les renseignements que nous a télégraphiés notre correspondant, rendu un des premiers sur le lieu de l’accident :

(Dépêche  de notre correspondant Angers, 4 août)

‘le petit journal’


Share Button