DICY – Entrée du Pays – Route de Villefranche d’hier à Aujourd’hui

 

 

DICY – Entrée du Pays Route de Villefranche – Allons faire un petit tour à Dicy pour voir les premières maisons en arrivant de Villefranche. Dicy en 1900, est déjà une petite ville tranquille comptant pas moins de 466 habitants administrés par M. Déniot. Les petits commerces et les petits métiers ne manquent pas à cette époque. M. Divert, M. Meunier et Mme veuve Michot tiennent les épiceries. Bien sûr dans ces années-là, les sabots sont encore très utiles aussi bien pour travailler dans les champs que pour aller faire des courses en ville et rien qu’à Dicy trois sabotiers se partagent le travail, M. Chotard, M. Fèvre et M. Giroux. Gardons les noms des autres commerces et petits métiers pour d’autres cartes postales de Dicy. Quand j’écris que Dicy était une ville bien tranquille, il ne faudrait pas croire  cependant que rien ne se passait de grave de temps à autres, comme cette tentative Continuer la lecture

Share Button

Malicorne – Malicorne – La rue principale – Montage photo

Malicorne – La rue principale – Montage photo

Malicorne – La rue principale – édition Artistic – Un petit montage photo de la rue principale de Malicorne t’elle que l’on pouvait encore la voir dans les années 1930. Sur chaque volet le propriétaire a fixé une plaque publicitaire en tôle de la maison Byrrh, pour les plus jeunes cette boisson est un vin additionné de mistelle et aromatisé essentiellement à la quinine, ces plaques, aujourd’hui, se vendent à prix d’or. Un petit mot sur Malicorne en 1910, la ville compte 408 habitants administrés par le maire M. Pajot. Le jour de foire se déroule le jeudi de la pentecôte et les fêtes patronales le 3 février et le premier dimanche de Juin. A noter le château de Hautefeuille appartenant à la famille Séguier et le château de Lordereau à M. Hartmann (Ch). Citons deux agriculteurs de cette époque M. Connet et M. Horry. Un texte de ces années 1910 et plus précisément en 1913 écrit par M. Montreuil épicier à Malicorne montre déjà que tout n’est pas rose pour les petits commerçants. « Qu’il me soit permis d’exposer une idée que nous devrions tous, petits commerçants, mettre à exécution : ce serait notre union et celle de nos fournisseurs, qui nous défendraient quand nous serions surchargés d’impôts (pour ma part, 30 francs en plus pour 1913). Un bon mouvement des négociants de gros du département et nous arriverions à l’énergie et à la défense. Je crois pouvoir compter sur ma clientèle malgré les docks ou magasins similaires m’entourant, mais combien d’autres qui, ne voyageant pas, céderont forcément au bénéfice de maisons fondées avec de gros capitaux et qui, à bien prendre, vendent au même prix ce qui n’est pas meilleur. Avec ma devise : « Bien servir et laisser dire », nous pourrions soutenir la concurrence par la bonne qualité surtout, car les primes, article trompe-l’œil  – sont appelées à disparaître. Nous gagnerions notre pain quotidien et nous servirions bien le client ». L’avenir lui donnera raison,  à bientôt, avec d’autres cartes de toutes les communes de Charny-Orée-de-Puisaye.

Pascal – Bastille91

Share Button

Charny rue des Ponts à la belle époque

Charny rue des Ponts

Charny rue des Ponts . Un petit tour rue des Ponts, devant l’armurier et le débit de tabac marchand de journaux. En 1900, Charny compte pas moins de 1494 habitants administrés par le maire M. Duval. Le juge de paix M. Trouillet, avait était nommé après un vote et avait comme première mission de régler les litiges de la vie quotidienne des administrés par une démarche simple et la plus conciliatrice possible. À cette époque, la ville compte deux armuriers, M. Bethery et M. Lepine en ce qui concerne les débits de tabac leur nombre était aussi de deux avec la maison de M. Morlot et de M. Tonlouse. Citons, aujourd’hui quelques noms de cette époque qui ont fait vivre Charny et commençons par les petits métiers comme M. Duport, le bourrelier ; M. Arnault, le sabotier et M. Bernet le Ferblantier. Les petits commerçants et petits métiers à la « belle époque » ne manquent pas à Charny et je citerai d’autres noms avec d’autres cartes postales. Allez, je ne peux pas m’empêcher en voyant les beaux habits des deux enfants de donner le nom de Mme Bastille et de Mme Louise toutes les deux propriétaires de leur magasin de mode et lingerie. À bientôt, si vous le souhaitez avec d’autres cartes de Charny et des 14 autres communes de la communauté de communes de l’Orée de Puisaye. 

 

Share Button

Cartes postales Anciennes de Saint-Fargeau pour un clin d’oeil à la Louisiane

Saint Fargeau, la gare, la place Bellecroix et la rue Porte-Marlotte. Deux cartes postales pour un petit clin d’œil à Kevin Reese qui habite en Louisiane. Impossible, bien sûr de savoir si les ancêtres de Kevin ont marché place Bellecroix ou dans la rue Porte-Marlotte avant de partir pour la Nouvelle-France et la Louisiane. Kevin est un coboy de la Louisiane alors citons quelques agriculteurs de cette époque qui élevaient des chevaux et cultivaient les terres de Saint Fargeau, comme M. David, M. Garnier et M. Lacour. Restons avec les chevaux et citons les noms des bourreliers, charrons et bien sur maréchaux ferrants qui à la belle époque étaient installés en ville comme M. Coyon, M. Jolin — Brossier, M. Colas, M. Jousse, M. Rateau — M. Bénard, M. Fernel, M. Luzy, M. Rameau, M. Raveau et M. Salin. Le bon pain français est une affaire de professionnels et ce sont les boulangeries de M. Dutheil, M. Gressin et M. Quéron qui officiaient dés 2 h du matin pour servir au lever du soleil les Fargeaulais et Fargeaulaises. Il m’est impossible en quelques mots d’expliquer l’histoire des Acadiens et de leur farouche désir de garder pour beaucoup des Continuer la lecture

Share Button

Carte Postale Ancienne de Montigny-sur-Aube – Un coin de la place

Carte Postale Ancienne de Montigny-sur-Aube - Un coin de la place

Carte Postale Ancienne de Montigny-sur-Aube – Un coin de la place – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Montigny-sur-Aube – Un coin de la place
Collection Sabarly – S. Brunclair et Cie Troyes
§

Montigny-sur-Aube est une petite ville française d’environ 280 Montignois et Montignoises, située dans le département de la Côte-d’Or en région de Bourgogne Franche-Comté. En 1900 la ville compte pas moins de 664 habitants rendez-vous compte plus du double qu’aujourd’hui. À cette époque le maire M. Albert Terrasson est fier de compter de nombreux commerces installés en ville. On compte 2 boulangeries, celle de M. Simard et de Mme Collenne, les épiceries et merceries sont tenues par M. Chameroy, Mme. Collenne, M. Depontailler, M. Dupont, M. Frérot et M. Perronne. Pour les gens de passage, l’hôtel de M. Perret et de M. Rigolot sont ouverts toute l’année. Un petit problème de santé c’est le docteur M. Debricon ou M. Dimey qu’il faut aller voir. Une vache, un cheval, un mouton ou un animal de compagnie malade c’est le vétérinaire M. Lambert le spécialiste. La liste est encore longue et je pourrais vous citer encore beaucoup de noms de ces petits artisans ou commerçants qui étaient installés à la belle époque à Montigny-sur-Aube. Je suis toujours assez triste de voir toutes ces petites villes de France perdre leur population et leurs petits commerces les uns après les autres. A noter qu’à cette époque le château de Montigny est la propriété de M. Lebas-Duplessis. 

Share Button