Saint Martin sur Ouanne dans les années 1930 – Le meurtre du maréchal des logis-chef Perreault

Continuons notre petite balade dans le temps en direction des années 1930 à Saint-Martin sur Ouanne.

En 1937, la ville compte 610 habitants administrés par le maire M. Rameau. Pour manger du bon pain et des bons gâteaux, c’est à la boulangerie de M. Hédot qu’il fallait s’adresser.

La Belle Époque et les Années folles sont terminées et malheureusement, un homme avec une petite moustache commence à faire parler de lui en déclarant à son état-major ses visées expansionnistes en voulant commencer par faire tomber simultanément la Tchécoslovaquie et l’Autriche.

On connaît la suite avec la Seconde Guerre mondiale et l’occupation de la France par les troupes ennemies. Mais revenons à la tranquillité des Saint-Martinois et Saint-Martinoises en 1937 devant la boulangerie de la place de la Gare. Comme d’habitude à cette époque, les commerces dans les petites villes sont nombreux.

Commençons par citer le boucher M. Rigollet, les épiciers, M. Get, M. Henry, M. Martin et M. Rameau. Les petits métiers ne sont pas en reste non plus, avec, M. Fournier, le cordonnier, M. Martin le coiffeur, M. Guyard, le sabotier, M. Morineau, le tailleur, M. Bernier le marchand de cycles et pour finir les maréchaux-ferrants, M. Bernier et M. Chambenoit.

Trois mois avant la déclaration de guerre, au mois de juin 1939 une affaire de meurtre avait fait grand bruit à Saint Martin-sur Ouanne, en voici un résumé. Le maréchal des logis-chef Félix Perreault et le gendarme Parde de Charny interpellaient, au cours d’une ronde à bicyclette, un cultivateur, Jules Lêcols surnommé Broutoule.

Le cultivateur réussit à se réfugier dans son grenier et s’arma de son fusil de chasse. Dès l’arrivée des gendarmes, Jules Lêcols qui était embusqué dans son grenier, les accueillit d’un coup de fusil. Le gendarme Perreault s’écroula. Il avait été tué sur le coup d’une charge de chevrotines en pleine tête. Un deuxième coup de feu claqua et le gendarme Bourrassol s’effondra, grièvement blessé à l’épaule. Au bruit de la fusillade, la femme et les cinq enfants de Broutoule sortirent de la ferme pour se mettre à l’abri. Les renforts de gendarmerie sur place, un siège de la ferme en règle commença.

Sur les coups de midi, tandis que les assiégeants cernent la maison, un coup de feu retentit à l’intérieur du grenier. Les gendarmes s’avancèrent, revolver au poing et trouvèrent le cultivateur affaissé sur une botte de paille perdant son sang abondamment. Interrogé un peu plus tard, il déclara qu’il avait voulu se donner la mort.

La justice fera son travail, mais longtemps à Saint-Martin, on parlera de cette affaire et surtout du maréchal des logis-chef Perreault qui était père de trois enfants et très estimé de ses supérieurs et collègues.

A bientôt avec d’autres cartes postales et d’autres petites histoires de nos communes de Charny Orée de Puisaye.

Pascal

Une petite image google-maps pour illustrer le Aujourd’hui de la place de la gare et de la boulangerie. 

 

 

Share Button

Charny – Rue de la Mothe d’hier à Aujourd’hui

Charny ( Yonne) Rue de la Mothe

Et si on voyageait dans le temps ! Pas si facile que ça de se repérer exactement dans la rue de la Mothe en regardant cette carte postale. Monsieur Philippot, le cafetier et marchand de vins a installé un banc devant son établissement. Rendez-vous compte en 1910, on comptait pas moins de onze cafés, bars, buvettes à Charny.

Citons les noms de ces cafetiers qui pendant des décennies ont donné du bon temps aux Charnycois. M. Bourreau, M. Rousseau du café Parisien, M. Chantelat, M. Vial du Cheval blanc, M. Gouard, M. Flé, M. Henry, M. Mercier, M. Prin et M. Prot.

Après des journées bien arrosées, les crises de foie et les crises de gouttes étaient les affaires de M. Galluchon et M. Michalki les deux médecins de Charny. Avouez quand même que sans regarder la vue d’aujourd’hui, cet endroit reste difficile à situer exactement, et même si la maison de droite n’a pas changé.

La maison aux trois fenêtres est aujourd’hui la caisse d’épargne et le café de l’étoile à remplacé la maison Philippot supprimant le passage qui existait entre les deux maisons.

Les arbres au loin étaient plantés dans le parc du château Guillemineau Roché, château qui deviendra la gendarmerie et une partie du parc la maison de santé que l’on connaît aujourd’hui.

À bientôt avec d’autres cartes postales anciennes des années que l’on a appelées La Belle Époque.

Une vue d’aujourd’hui de cet endroit avec une image google-maps

Share Button

Avis de recherche de deux jeunes fuyards à Malicorne – l’Orphelinat du Plessis

Avis de recherche à Malicorne
Deux pensionnaires de l’Orphelinat du Plessis, ont profité de la messe de 7 heures du matin, pour s’évader. On suppose qu’ils ont pris la direction de Paris dont l’un est originaire. Le plus âgé avait il y a deux mois, déjà tenté de s’enfuir.
Voici le signalement des deux fuyards : René-Jean Vilietard, 12 ans né en 1898, taille 1m50, cheveux noirs, yeux bruns, visage maigre et allongé.
Léon Duchet, 10 ans taille 1m35 à 1m40 né en 1900. Cheveux châtains foncés, yeux gris, visage rond, teint rosé.
Tous deux, sont vêtus de veston et culotte en coutil gris ; ils portent des bas de laine foncés, sont chaussés de sabots, ou galoches, et coiffés d’une casquette à rabat.
Si vous avez la moindre information sur ces deux enfants, merci de prévenir les sœurs franciscaines de Seillon à Malicorne, Mr. mimigege ou directement la baronne Pierre Séguier fondatrice en 1897 de l’Orphelinat du Plessis à Malicorne.
Share Button

Carte Postale Ancienne de Charny – La grande rue Maison Tremblay d’Hier à Aujourd’hui

Charny ( Yonne) – Grande rue – Maison Tremblay .

Continuons notre petit voyage dans le temps et allons voir ce qui se passe dans la quincaillerie de la Maison Tremblay. Cette quincaillerie Tremblay était comme c’était souvent le cas à cette époque une caverne d’Alibaba pour le bricolage, nettoyage, jardinage, etc.

Cela me rappelle la quincaillerie Piquot de la rue des Ponts à sa plus belle époque où l’on pouvait trouver au détail jusqu’à la petite vis d’un outil ou d’un produit quasiment inconnu. Revenons chez M. Tremblay, dans les années 1930 la quincaillerie est assez fière d’exposer ses tonneaux d’arrosage.

Pour ceux que ce nom ne rappelle rien, le tonneau d’arrosage servait partout où l’usage de la lance n’était pas généralisé. Le principe d’utilisation était simple. On se promenait dans les rues à nettoyer, un tonneau muni à l’arrière d’un tube transversal percé par lequel l’eau s’échappait comme à travers les trous d’une pomme d’arrosoir. Les orifices étaient d’un diamètre approprié pour que l’arrosage soit suffisamment abondant. Le tube horizontal a la longueur voulue pour arroser en une fois ou deux toute la largeur des rues. Suivant leur dimension, les tonneaux étaient Continuer la lecture

Share Button

Voyage à la Grange aux Dîmes dans les années 1910 à Charny Orée de Puisaye

Bonjour à tous 
J‘ai cherché un peu partout une photo de la Grange aux Dîmes dans les années 1910 malheureusement, je n’ai rien trouvé… 
Alors, j’ai imaginé et rêvé que je trouvais une vraie plaque photographique de cette époque et qu’à partir de cette plaque, je déclinerais plusieurs photos « effet POP ART » en partant de plusieurs noirs en passant par de la peinture et de la couleur…
Bien sûr, il fallait rajouter ce que l’on voyait le plus à l’époque, un petit attelage et des gens souriants regardant le photographe.. 

On peut rêver ..!

Pascal 

Share Button