Photo de la Gare de Courtenay avec son personnel

Photo de la Gare de Courtenay avec son personnel

Bonjour à tous. Belle et rare Photo de la gare de Courtenay avec une bonne partie du personnel. La ligne 748 Montargis à Sens longue de 61,814Km est déclarée d’utilité publique le 19 juin 1868. Son ouverture est en date du 19 octobre 1874. À l’origine une seule voie, mais en 1881 une deuxième voie sera mise en place. Les concessionnaires de cette ligne seront nombreux citons les plus importants : MM. de Bussière, Donon et Tenré en 1870 (compagnie du Chemin de fer d’Orléans à Châlons). Ensuite reprise de la ligne par l’État Français le 18 mai 1878 et quelques jours après par l’administration des Chemins de fer de l’État le 25 mai 1878 (compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon) et par là (Méditerranée) le 20 novembre 1883. La ligne verra sa fermeture pour les voyageurs le 2 octobre 1938 et pour les marchandises en 1958. À noter, un service mixte rétabli pendant la seconde guerre de 1940 jusqu’à la libération. Bien dommage que toutes ces petites lignes ferroviaire n’existent plus et que les gares sont détruites ou tombent en ruine. Rendez vous compte plus de 40 000 km de lignes ont été détruits en France en à peine 100 ans.. ! Heureusement, Il nous reste la chanson du petit train chanté par André Claveau..lol
Pascal

 

 (André Claveau – Le petit train)
p’tit train s’en va dans la campagne
Un p’tit train s’en va de bon matin
On le voit filer vers la montagne
Tchi tchi fou tchi tchi fou
Pleins d’entrain…
Dans les prés, il y a toujours des vaches
Etonnées de voir encore passer
Ce p’tit train qui lâche des panaches
Tchi tchi fou tchi tchi fou
De fumée…
La garde-barrière agite son drapeau rouge
Pour dire bon voyage au vieux mécanicien
Mais dans les wagons nuls voyageurs ne bougent
Car ils prennent tous le car et le train ne sert à rien…

Share Button

Le cabaret Aristide Bruant 84 boulevard de Rochechouart d’hier à Aujourd’hui

Cette photo de 1928 colorisée représente le célèbre cabaret d’Aristide Bruant tel qu’il était 3 ans après la mort du célèbre et très populaire chansonnier de Montmartre. Je ne vais pas retracer la vie de Bruant en quelques lignes, d’autres personnes l’ont fait pour moi et je vous recommande les deux livres de Jeanne Dubois-Bermand. Je vais tout simplement vous préciser ce que l’on pouvait trouver comme boutiques et petits métiers sur cette portion du boulevard Rochechouart en 1928. Bien sûr au N° 84 le cabaret d’Aristide Bruant qui avant 1885 était le cabaret du Chat Noir de M. Rodolphe Salis. Dans le même immeuble du N° 84 habitaient l’artiste peintre Formisyn, M. Gossé le graveur de musique et M. Durant le papetier. Au N° 80 le Théâtre Trianon et au 82 le café Brasserie du Trianon. On peut voir au N° 86 l’enseigne représentant une paire de Lorgnons de l’horloger M. Carton. Au même numéro, la brasserie de Mulhouse et sa bonne bière et au N° 88 l’excellent restaurant de la maison Duch. Je vous laisse juger par vous-même ce qu’est devenu le cabaret mythique d’Aristide Bruant avec une image montage google-map de 2020.

 

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de Villefranche Saint-Phal d’Hier à Aujourd’hui

Bonjour à tous
Pour faire suite au message de Laurent sur Facebook de l’arrivée d’un nouveau boulanger à Villefranche et pour dire bienvenue à Adeline et Sylvain Tillier voici une carte postale des années 1910 de Villefranche Saint-Phal.

 Le photographe de l’époque s’est installé route de Villeneuve pour immortaliser ce cliché. Sur la gauche, la plaque du notaire M. Lelievre et sur le mur de droite une belle plaque publicitaire du chocolat Menier. 

Tout au bout de la rue et juste derrière l’église se trouvait il y a quelques années la boulangerie avant qu’elle déménage route de Joigny. Personnellement, je préférais l’endroit où elle se trouvait avant, même si le stationnement n’était pas toujours facile. 

 En 1910, le maire est M. Gache et les 747 habitants n’ont pas trop de problèmes de stationnement pour acheter chez le boulanger M. Dorare un gros pain de 4 livres à douze sous, soit soixante centimes de Francs dans les années 1900. Très souvent je demande à des amis ..Tu te rappelles combien tu payais une baguette avant l’euro …Attends que je me rappelle, 1,5 francs… Mais non mon vieux on payait en 1999 en moyenne 4 francs la baguette ( 0,60€), et aujourd’hui en moyenne 0,85€.       

Comme très souvent dans nos petites villes, le temps a moins transformé nos rues que dans les grandes agglomérations. Cependant le clocher de l’église n’est plus aussi beau qu’il n’était à la belle époque. Je n’ai pas trouvé à quelle époque ce changement de flèche a été fait et pourquoi..! 

Si vous le savez n’hésitez pas à me laisser un message.

A bientôt avec d’autres petites histoires de nos communes de Charny Orée de Puisaye. 

Pascal    

    

Share Button

Carte postale Ancienne de Courtenay – La rue de la Levrette d’Hier à Aujourd’hui

Courtenay – La rue de la Levrette d’Hier à Aujourd’hui

Courtenay – La rue de la Levrette d’Hier à Aujourd’hui

Allons faire un petit tour rue de la Levrette à l’angle de la rue des Boucheries avec cette photo montage mélangeant trois époques, 1900,1930 et aujourd’hui. La grande guerre est enfin terminée et la grippe espagnole n’est plus qu’un mauvais souvenir. La France retrouve un peu de joie après avoir honoré plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre. La ville de Courtenay compte à elle seule 95 de ses enfants morts pour la France. Dès 1900, la pharmacie Sinard est déjà à l’angle de la rue de la Levrette, l’autre pharmacie installée place du marché est la propriété de M. Buisson. Une décennie plus tard, la pharmacie Sinard est toujours en place et la bourrellerie est l’affaire de M. Girault Frazier. Les années passent et l’ancienne bourrellerie de M. Girault change de nom pour devenir l’affaire de M. Fontaine. En 1937, la maison Fontaine-Clocher est déjà bien connue des Curtiniers, mais elle se partage le travail de Bourrellerie et de Sellerie avec la maison Maunoury. La pharmacie Sinard à changé de nom et a cédé son officine en 1935 à M. Lémenager-Ragot. Merci à Sylvie de m’avoir prêté la photographie de la bourrellerie qui appartenait à ses grands-parents.

 Pascal     

Share Button

Carte Postale Ancienne de Charny – La grande rue Maison Tremblay d’Hier à Aujourd’hui

Charny ( Yonne) – Grande rue – Maison Tremblay .

Continuons notre petit voyage dans le temps et allons voir ce qui se passe dans la quincaillerie de la Maison Tremblay. Cette quincaillerie Tremblay était comme c’était souvent le cas à cette époque une caverne d’Alibaba pour le bricolage, nettoyage, jardinage, etc.

Cela me rappelle la quincaillerie Piquot de la rue des Ponts à sa plus belle époque où l’on pouvait trouver au détail jusqu’à la petite vis d’un outil ou d’un produit quasiment inconnu. Revenons chez M. Tremblay, dans les années 1930 la quincaillerie est assez fière d’exposer ses tonneaux d’arrosage.

Pour ceux que ce nom ne rappelle rien, le tonneau d’arrosage servait partout où l’usage de la lance n’était pas généralisé. Le principe d’utilisation était simple. On se promenait dans les rues à nettoyer, un tonneau muni à l’arrière d’un tube transversal percé par lequel l’eau s’échappait comme à travers les trous d’une pomme d’arrosoir. Les orifices étaient d’un diamètre approprié pour que l’arrosage soit suffisamment abondant. Le tube horizontal a la longueur voulue pour arroser en une fois ou deux toute la largeur des rues. Suivant leur dimension, les tonneaux étaient Continuer la lecture

Share Button