Trinay – café Roux bureau de tabac – Sellerie – Bourellerie

Trinay-cafe Roux-bureau de tabac-sellerie-bourellerie

Trinay-cafe Roux-bureau de tabac-sellerie-bourellerie

Trinay – café Roux bureau de tabac – Sellerie – Bourellerie
Nouvelle collection. Lagnan, St-Lyé
Dos séparé – non circulé 
§

Un petit tour à Trinay, situé dans le département du Loiret à 24 kilomètres d’Orléans, Trinay en 1900 compte 340 habitants administrés par le maire Mr Challine ( A). À cette époque les agriculteurs de cette petite ville se nomment: Bonnet; Goussard (Vve); Madre Denis; Madre (E); Leroy; Mesland (A); Paillet; Parou et Pécheux. Le charron est Mr Bénault; le maréchal-ferrant est Mr Paviost. Les bourreliers sont bien sûr Mr Roux indiqué sur la carte postale et Mr Barillet.

Si vous n’avez pas lu un de mes post sur ces fagots accrochés sur les façades des cafés, appelé  Bouchon » et en voici l’histoire. 
Une ordonnance royale. Historiquement, le « bouchon » dont l’appellation provient du vieux français « bousche » (petite botte, petite gerbe) est le nom donné généralement au branchage que tout débiteur de boisson se devait de mettre à la façade de sa maison. Dès le XIVe siècle, nous trouvons trace de cette obligation. En 1680, une ordonnance royale dicte encore plus clairement à tout vendeur de vin « à huis coupé et pot renversé » : « Nul ne pourra tenir taverne sans faire déclaration, ni mettre bouchon. » Le bouchon ne serait donc que l’ancêtre de l’actuel droit de licence de nos débits de boisson instauré en 1816.
Dans de nombreux villages, la pose du bouchon avait lieu la veille de la fête du pays. Les « jeunes gens » (groupe d’âge pouvant aller des conscrits à tous les hommes non mariés) allaient déposer l’ancien « bouchon » (le brûlant parfois) et suspendre le nouveau de café en café, en échange de quoi le patron de chaque établissement se devait de l’arroser. Les bouteilles vides étaient alors accrochées au « bouchon ».
Du genévrier ou du sapin. Le bouchon devait être choisi dans une essence d’arbre à feuillage persistant. Dans notre région, c’était généralement le genévrier qui faisait les frais de cette tradition, et parfois le sapin. L’arbuste ou la branche était alors décoré de rubans de couleurs (dits « fleurets ») et accroché indifféremment cime en l’air ou en bas. Un inventaire réalisé à partir des cartes postales anciennes a permis de dénombrer 183 communes différentes dont les cafés, au début du XXe siècle apparaissent ornés d’un « bouchon ». Cela représente plus de 52 % des 349 communes que comptait alors le Loiret.
Ces communes à bouchon se situaient essentiellement en Beauce, Gâtinais occidental, Orléanais et Puisaye. Dans ces secteurs, la coutume a perduré encore assez longtemps. En 1962, Jean Driard déclare à propos du Gâtinais de l’Ouest : « On voit également dans ma contrée le bouchon de genévrier au-dessus de la porte des petits cafés de village, mais cela tend à se perdre ». On en trouve cependant encore trace, dans les années 1970, dans une dizaine de communes. Aujourd’hui rares sont celles, à l’exemple de Charmont-en-Beauce, Guignonville ou Gondreville-la-Franche, à maintenir la tradition. 
C.Chenault

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.