Le crime du moulin de la Grange-au-Roi à Grandchamp dans l’yonne

Bonjour à tous
Le saviez-vous ? Le crime du moulin de la Grange-au-Roi à Grandchamp a été l’acte d’un jeune homme de 16 ans.

Tout est calme à Grandchamp avant ce 25 décembre 1912. La ville compte 871 Grandchampois et Grandchampoises administrés à cette époque par le maire Monsieur Nolot.

Comme souvent, à cette époque, les commerces sont nombreux en ville, en voici quelques noms : la charcuterie de M. Bretton, la boucherie de M. Billebauld, les épiceries merceries de M. Cheuillot, Cotté, Darbois, Foulard, Prot, Renaud, les boulangers, Boujet et Pellerin.

Mais revenons à cette triste histoire de la tuerie du moulin de la Grange, et voyons dans quelles circonstances ce crime a été commis. Monsieur Pèlerin, boulanger à Grandchamp, avait comme ouvrier un nommé Gaston Charles Picard, âgé de 16 ans, né à Villiers-Saint-Benoît. Dans la nuit du 25 décembre, vers deux heures du matin, Gaston arrive au moulin de la Grange exploité par les époux Pommeau.

Il tambourine à la porte et demande que l’on donne rapidement des sacs de farine à la demande de son patron M. Pellerin. Monsieur Pommeau, bien qu’étonné de cette demande nocturne, réveille son jeune domestique, nommé Mougeot, pour préparer les sacs et atteler un cheval pour le transport.

Tout à coup, plusieurs détonations retentissent dans le moulin, Gaston Picard vient de faire feu sur le jeune domestique âgé de 15 ans. Monsieur Pommeau, voulant stopper la furie de Gaston, essaya de le désarmer, et les deux hommes roulèrent à terre, et de nouvelles détonations retentirent.

Mortellement atteint, M. Pommeau eut encore la force de crier à sa femme : « Sauve-toi, il va te tuer aussi ! » N’ayant plus de balles dans son revolver, Gaston Picard frappa violemment Madame Pommeau à la tête à plusieurs reprises avec un chandelier en fer. Étant couverte de sang et inanimée, Gaston la crut morte et l’abandonna.

Alerté par les détonations et les cris, le fils de Mr Pommeau, Alcide, accourut, découvrant le cadavre de son père près de la porte d’entrée de la cuisine, et les corps inanimés de sa mère et du jeune domestique. Se voyant découvert, le meurtrier se sauva dans la direction de Villiers-St-Benoît pour se cacher dans l’un des greniers de la ferme des Chaumes Blanches, où il parvint à se cacher deux jours, avant que les gendarmes ne l’arrêtent et ne l’incarcèrent à la gendarmerie de Villiers-Saint-Benoît.

La nouvelle de son arrestation s’est vite répandue dans le pays, et plus de six cents personnes de Grandchamp et Villiers-Saint-Benoît se réunirent devant la gendarmerie pour crier « À mort, tuons le nous-mêmes ! »

Au cours du procès, le jeune assassin avoua qu’il voulait voler le meunier pour donner de l’argent à une femme. Appelés à la barre, tous les témoins dirent que Gaston était un garçon violent, d’un caractère irascible, laissant partout où il passait un très mauvais souvenir, imposant à ses camarades une véritable terreur.

Au cours du procès, on décrivit aussi l’admiration qu’il vouait aux bandes d’Apaches du Paris de la Belle Époque et aux bandits célèbres, Bonnot, Garnier, Valet et Lacombe.

Le procureur de la République, M. Philipon, conclut rapidement la préméditation d’un crime atrocement accompli, sans remords et avec une responsabilité absolue, ce qui l’amènera à demander la peine capitale. S’en suivit une très belle plaidoirie de la part de l’avocat M. Paul Viven, qui demanda la clémence du jury, afin de sauver de la guillotine ce mauvais garnement de 16 ans et demi.

« Ne le guillotinez pas ! », conclut-il, « Envoyez-le au bagne à perpétuité : peut-être pourra-t-il racheter son forfait. »

Après vingt minutes de délibération, le jury apporta son verdict affirmatif sur toutes les questions, sans admission de circonstance atténuante. L’arrêt ordonna que l’exécution de Gaston Picard ait lieu sur une place publique d’Auxerre.

Un recours en grâce présenté par l’avocat Paul Viven aux jurés ne recueillit que cinq signatures.

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de Perreux – La Grande Rue

Perreux – La Grande Rue – éditeur Saget.  

Avant dernière étape de notre balade dans le passé à travers nos communes de Charny Orée de Puisaye.

Nous voici dans la grande rue dans les années 1910, à cette époque les Perreusiens, Perreusiennes sont au nombre de 612 administrés par le Maire M. Pierron.

Pour venir à la foire, ce sont tous les 16 de chaque mois et pour la fête patronale, il faudra attendre la Trinité. Le marchand de chevaux était M. Durant et les agriculteurs, M. Fourchotte, M. Garceau et M. Lemaire. À noter sur la commune le château de Montigny propriété du comte de Beauregard.

Je ne connais pas trop la ville du Perreux, mais la première chose qui m’a étonné en voyant cette carte postale, c’est la hauteur et la forme du clocher de l’église par rapport à celui d’aujourd’hui.. ( je n’ai pas trouvé la date de ce changement, si vous avez la réponse ne vous gênez pas)

Sur de très nombreuses cartes postales de la belle époque, on voit souvent des personnes assises tranquillement sur un banc ou une chaise installées devant leur maison.

Cette habitude était un moyen de communication entre voisins et de se tenir au courant des petites histoires et des petits ragots. En parlant de petite histoire voilà ce qui s’est passé en septembre 1912. Les familles Paré et Masson, du hameau de la Coudre, commune de Perreux, vivaient en mauvaise intelligence. Mlle Juliette Paré, âgée de 21 ans, qui gardait ses vaches, s’est disputée avec Mme Masson qui passait près d’elle avec une botte d’herbe.

Des paroles aigres-douces furent échangées, puis des coups. Juliette Paré cassa un bâton sur le dos de Mme Masson et lui laboura la figure avec tant de brio qu’elle  lui ensanglanta le visage.

Juliette Paré, prétendra qu’elle était en état de légitime défense, ce qui ne l’empêchera pas d’être condamnée à 8 jours de prison avec sursis. De plus, elle devra payer 100 fr. à Mme Masson à titre de dommages-intérêts.

Pascal 

Share Button

Carte postale ancienne de Saint-Martin-sur-Ouanne – Le bureau de Poste et la Grande Rue

 

SAINT-MARTIN-SUR-OUANNE-LE-BUREAU-DE-POSTE ET LA GRANDE RUE

Saint-Martin-sur-Ouanne – Le bureau de Poste et la Grande Rue – édition Rameau – Cliché Ismaël Sens.

Allons faire un petit tour en 1900 à Saint-Martin-sur-Ouanne.

Nombreux Saint-Martinois et Saint-Martinoises sont venus au rendez-vous du photographe M. Ismaël.

À cette époque la ville compte 776 habitants administrés par le maire M. Baratin (H). La liste des commerçants et petits métiers installés en ville en 1900 est longue, mais citons quelques noms de cette époque et gardons les autres noms pour d’autres cartes postales.

Les aubergistes étaient au nombre de sept, M. Carreau, M. Coladon, M. Priend, M. Rameau, M. Bourret, M. Archenaul et M. Poilliot. Le Menuisier, M. Cyre et les sabotiers, M. Bourgoin, M. Rameau (A) et M. Simon.

Pour les amateurs et lecteurs des faits divers de cette époque, Saint-Martin-sur-Ouanne a été le 10 février 1908 témoin d’un crime affreux. Le nommé Anselme Rameau, âgé d’une trentaine d’années, père de trois enfants en bas-âge, a tué, d’un coup de revolver, l’agriculteur Arthur Franchis, âgé de 29 ans, dans les circonstances suivantes.

Après une soirée très arrosée entre camarades au café Prieur, Arthur Franchis aurait reproché à Rameau Anselme d’avoir volé de l’eau-de-vie et un coq à son voisin M. Quarteron. Anselme Rameau, abruti depuis longtemps déjà par l’alcool, ivre ce soir-là, et plein de colère, jura de se venger de ces accusations.

Anselme Rameau, alla chercher chez lui un revolver chargé et redescendit à la ferme de la famille Franchis. Arrivé devant les fenêtres de la ferme, Anselme Rameau appela Arthur Franchis. Celui-ci se leva et ouvrit la fenêtre. Alors eu lieu ce court et tragique dialogue :

Est-ce moi qui ai volé chez Quarteron ? — OUI. Et le malheureux Arthur tomba foudroyé dans la chambre. Rameau lui avait lâché un coup de revolver en plein cœur. Le coupable se laissa arrêter sans résistance et fit les aveux les plus complets, sans paraître se rendre compte de l’énormité de son acte.

L’avocat de Rameau a eu la rude tâche de défendre l’accusé. Selon lui, il aurait tué dans un moment de passion ; son crime est bien celui d’un impulsif. L’ivresse et la fatalité sont les seuls agents directs de son acte meurtrier. Me Lalande demandera au jury d’écarter les circonstances aggravantes de meurtre volontaire et de préméditation.

Rameau, durant le réquisitoire et la plaidoirie de son avocat, ne cessera de sangloter. Sa femme, assise dans l’auditoire, fondera également en larmes.

Écartant la préméditation et accordant des circonstances atténuantes, Rameau sera condamné à dix ans de réclusion criminelle.

La population de Saint-Martin-sur-Ouanne avait été consternée par ce crime abominable et partagea sincèrement la douleur de la famille Franchis…

A bientôt avec d’autres cartes postales et d’autres petites histoires de nos communes de Charny Orée de Puisaye.   

Pascal 

 

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de Villefranche-Saint-Phal-Le-Lavoir

Villefrenche saint Phal – Le Lavoir

Villefranche-Saint-Phal-Le-Lavoir – Imprimerie librairie H Hamellin Joigny – 

Continuons notre balade dans les pas de Laurent, mais à la belle époque…

Villefranche en 1900 compte 822 habitants et son maire est M. Vié. Comme d’habitude à cette époque, les épiceries-merceries ne manquent pas et c’est pas moins de 7 magasins installés sur la commune. Citons les noms de ces commerçants qui ont fait vivre cette ville et commençons par M. Bourreau Ernerst, M. Delapierre, Mme Vve Durant, M. Giroux, M. Séjourné, Mme Vve Tharrinet et M. Boureau Eugène.

Quelques mots sur cette période que l’on a appelée « La belle époque » Ces années ont succédé à la guerre franco-prussienne de 1870 et jusqu’au début de la grande guerre de 1914/1918. Si le nom de cette époque sonne bien à l’oreille la vie pourtant pour une grande partie de la population, n’était pas toujours facile.

Les Villefranchoises sont nombreuses dans ces années, à venir à ce lavoir laver leur linge, mais aussi discuter et alimenter comme c’était souvent le cas, les commérages et les petits faits divers qui faisaient la vie de ces villes et villages français.

 Les tâches ménagères qui aujourd’hui nous semblent les plus simples sont rudes et pénibles en 1900. Ces femmes restaient pendant plusieurs heures agenouillées et le dos cassé avec comme seul accessoire une caisse en bois garnie de paille ou d’un linge plié pour reposer les genoux. Le lavage terminé, il fallait ramener son linge à l’aide bien souvent d’une brouette pour l’étendre sur les fils à linge. 

À bientôt avec d’autres cartes postales de nos communes de Charny Orée de Puisaye. 

 Merci à Gégé pour la carte

 

 

Share Button

Carte postale Ancienne de Fontenouilles par Charny ( Yonne) – Place Publique

 

Fontenouilles par Charny (Yonne) – Place Publique

Bonjour à tous, la balade continue….

Nous voici arrivés sur la place de Fontenouilles dans les années 1910. À cette époque, le maire est M. Lugue (A) et les habitants sont au nombre de 501. Le sous-lieutenant des sapeurs-pompiers est M. Juquet, le boulanger M. Héricher et M. Moreau l’agriculteur. À noter sur la commune le château Gruerie appartenant à Mme Vve Précy et le château de Richebois à la famille Faisans.

Pour ceux qui s’étonnent du nombre de commerces à Chevillon dans les années 1940, voici quelques noms des commerçants et petits métiers que l’on pouvait trouver à Fontenouilles pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le bureau de tabac et café était l’affaire de M. Cheneau, M. Chocat était le cordonnier et les trois épiceries étaient tenues par M. Abraham, Mme Morin et M. Pillard (R).

Pour l’achat de vélos et motos, il fallait s’adresser à M. Guillemard. Pour le battage, on pouvait appeler la famille Bordier et pour le ferrage des chevaux    M. Cheneau maréchal-ferrant de son métier.

Revenons à cette carte postale pour s’apercevoir encore une fois que les enfants sont au rendez-vous, bien sages et les mains jointes à la demande du photographe. Cette demande du photographe lui permettait d’avoir un cliché le plus net possible évitant ainsi au maximum un flou que l’on pourrait avoir avec des enfants en mouvement comme on peut le voir très souvent sur des cartes postales de cette époque.

À bientôt, pour une nouvelle balade dans le passé…

Pascal 

Share Button