Histoire de l’aviation en 1909 – Aéroplane Givaudan

histoire-de-laviation-en-1909-le-Givaudan

Histoire de l’aviation en 1909 – Aéroplane Givaudan- Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Histoire de l’aviation en 1909 – Aéroplane Givaudan
Carte N° 56 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§

Aéroplane Givaudan était formé de deux cellules à peu près semblables. Chacune d’elles comprenait deux tambours cylindriques, entretoisés ensemble par des plans rayonnants et reposaient sur la poutre armée centrale. La cellule arrière était fixe, la cellule avant était mobile autour de deux axes à 90° l’une de l’autre. Elle pouvait ainsi osciller dans deux plans, l’un vertical, l’autre horizontal, contenant chacun l’axe de la poutre armée. Il n’y avait pas d’autre manœuvre de direction. Une barre, convenablement démultipliée, permettait

les deux orientations précédentes, lesquelles produisaient l’une les mouvements en profondeur, l’autre les mouvements en direction. L’hélice était à l’avant et avait , 2m40 de diamètre et elle était mue, avec un réducteur de vitesse, par un moteur Vermorel, à 8 cylindres (90-120) disposés comme ceux du moteur Antoinette et  refroidis par des ailettes donnant 40 chevaux pour 80 kilos. La distribution par un seul arbre à cames; Clapets commandés; Volant de régulation. Les 4 roues porteuses servaient au lancement et à l’atterrissage. Les roues avant étaient orientables et à ressorts et les roues arrière étaient fixes. Le siège de l’aviateur se trouvait entre les deux cellules. Le tout a été construit sur les plans de M. Givaudan, par la maison Vermorel de Villefranche (Rhône).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.