École de Chien de Police de Garde et de Défense – Dressage à Forfait-Pension-Vente

92-école de chien de Police de garde et de défense - cliquez sur l'image pour l'agrandir

92-école de chien de Police de garde et de défense – cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

École de Chien de Police de Garde et de Défense
éditeur – P. Huc
Dos séparé – non circulé
§

Dressage à Forfait – Pension – Vente
Démonstration tous les jours de 2 à 4 heures – 68 Rue de Paris  –  BAGNEUX           ( Seine) Pour plus de Renseignements écrire T.P.R.

Médaille de Bronze – Médaille d’argent – Médaille de vermeil – Médaille d’Or . CARRAS le 10 septembre 1913 arrête et maintient 5 malfaiteurs à Bagneux.

Voici ci-dessous ce fait divers raconté sur le journal du « Petit Parisien du 10 septembre 1913 »

Deux malfaiteurs s’étaient hissés, hier matin, sur le mur de clôture dune propriété appartenant à M. Schmild, dans le quartier des Olivettes, à Bagneux.

La femme du propriétaire, se trouvant seule à la maison, avait vainement essayé de les mettre en fuite. Elle s’adressa alors à l’inspecteur Bourguet, qui s’empressa de venir lui prêter main-forte ; mais, à l’approche de ce dernier, les malfaiteurs qui, par l’arrivée de trois acolytes, se trouvaient au nombre de cinq, s’enfuirent dans la campagne, 
l’affaire en serait restée là sans l’arrivée de
 M. Schmild et. de son chien  Carras.

Il faut savoir que ce fidèle animal est un chien dressé, admirablement dressé
même, et d’une intelligence peu ordinaire, ce qui lui a valu plusieurs récompenses dans les divers concours, notamment dimanche dernier, à Montrouge, où il a obtenu une médaille de vermeil.

Aussitôt mis au courant des faits, M. Schmiid, accompagné de l’inspecteur Bourguet et de Carras, s’élança à la poursuite des fuyards, dont on put bientôt, grâce à quelques indications, retrouver la trace. Selon toute apparence, la bande était cachée dans les buissons et les herbages.
Sur l’ordre de son maître Carras se mit en quête.
Dix minutes ne s’étaient pas écoulées que l’animal revenait, l’air affairé, il avait trouvé. Loin derrière lui, on prit la poursuite et, quelques instants plus tard, on le retrouvait en arrêt devant les cinq malfaiteurs, toute la bande, tenus immobiles sous sa menace.
— Les mains en l’air ! cria M. Schmild.
Aussitôt, comme à la manœuvre, les pâles gredins s’exécutèrent. Mais l’un d’eux esquissa un geste. Il n’eut pas le temps de l’achever, car la bête lui avait déjà sauté à la gorge.
M. Schrnild rappela son chien et l’inspecteur Bourguet donna le signal du départ. Sous l’œil attentif de Carras, les cinq malfaiteurs s’alignèrent puis se mirent en marche.
Tout le long du chemin, la bête, à petits pas. les enferma dans le cercle étroit de ses voltes jusqu’au poste.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.