Le cabaret Aristide Bruant 84 boulevard de Rochechouart d’hier à Aujourd’hui

Cette photo de 1928 colorisée représente le célèbre cabaret d’Aristide Bruant tel qu’il était 3 ans après la mort du célèbre et très populaire chansonnier de Montmartre. Je ne vais pas retracer la vie de Bruant en quelques lignes, d’autres personnes l’ont fait pour moi et je vous recommande les deux livres de Jeanne Dubois-Bermand. Je vais tout simplement vous préciser ce que l’on pouvait trouver comme boutiques et petits métiers sur cette portion du boulevard Rochechouart en 1928. Bien sûr au N° 84 le cabaret d’Aristide Bruant qui avant 1885 était le cabaret du Chat Noir de M. Rodolphe Salis. Dans le même immeuble du N° 84 habitaient l’artiste peintre Formisyn, M. Gossé le graveur de musique et M. Durant le papetier. Au N° 80 le Théâtre Trianon et au 82 le café Brasserie du Trianon. On peut voir au N° 86 l’enseigne représentant une paire de Lorgnons de l’horloger M. Carton. Au même numéro, la brasserie de Mulhouse et sa bonne bière et au N° 88 l’excellent restaurant de la maison Duch. Je vous laisse juger par vous-même ce qu’est devenu le cabaret mythique d’Aristide Bruant avec une image montage google-map de 2020.

 

 

Share Button

Carte Postale Ancienne de Goussainville – L’Usine Hamelin

Carte Postale Ancienne de Goussainville – L’Usine Hamelin

Carte Postale Ancienne de Goussainville – L’Usine Hamelin – Située à 36 kilomètres de Pontoise dans le département du Val-d’Oise en région Île-de-France. Goussainville à la belle époque est loin de ressembler à la ville que l’on connaît aujourd’hui avec ses 30 787 Goussainvillois et Goussainvilloises. En 1900, la ville ne compte que 580 habitants administrés par le maire et agriculteur M. Louis-Constant Decauville. La scierie mécanique, la vente d’arbres et la fabrique de moyeux est l’affaire de M. Hamelin. Comme on l’on voit sur cette carte postale les troncs de chêne de l’usine Hamelin attendent d’être débités. En ce qui concerne les artisans et commerces, la ville ne manque de rien et c’est M. Trunkenboltz le boulanger qui dés 2 heures de matin est devant son four à bois pour préparer le bon pain. Comme d’habitude les cafetiers sont nombreux avec M. Ballossier, M. Causse, M. Coudert, M. Debray, M. Demont, M. Drujon et M. Nemoz. Citons quelques autres noms qui ont fait vivre cette ville de Goussainville à la belle époque avec M. Desprez le Charcutier, M. Bourel, le meunier, M. Huet le menuisier, M. Blavet le forgeron et charron, M, Chambade, le bourrelier et terminons par les trois épiciers M. Dallet, Debray et Lempereur.         

Share Button

Carte Postale Ancienne – Blanc-Mesnil – Passage à Niveau

Carte Postale Ancienne – Blanc-Mesnil – Passage à NiveauLe

Blanc-Mesnil – Passage à Niveau – Blanc-Mesnil est située à 35 kilomètres de Pontoise dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France. En 1900, le maire est M. Edouard Renault et la ville ne compte que 170 habitants. Parmi ces habitants, on compte 8 agriculteurs, parmi eux le maire, M. Renault Édouard, M. Bosseux, M. Nolle, M. Pasquier, M. Rémond, M. Jouslain et M. Renault François. Les cafetiers sont M. Bourgogne et M. Vandemeulebroucke. Ce passage à niveau semble si tranquille que l’on ne pourrait pas se douter que le 26 mars 1908, Monsieur Planson, *corroyeur*, âgé de quarante-six ans, demeurant rue de Noisy, à Pantin, regagnait tranquillement vers 21 heures, son domicile, lorsque, au moment où Continuer la lecture

Share Button

Carte Postale Ancienne de Longperrier – Retour des champs

Longperrier – Retour des champs

Longperrier – Retour des champs – Située dans le département de Seine-et-Marne à 23 kilomètres de Meaux, Longperrier en 1900 compte 359 habitants administrés par le maire M. Sainte-Beuve. Difficile de savoir à qui appartenaient ces bœufs même si à cette époque deux agriculteurs sont installés sur la commune M. Louis Bouchard et Alfred Sainte-Beuve. Pour se désaltérer en 1900, on pouvait toujours aller au bar de la Veuve de M. Lebœuf, chez M. Maille, M. Pasquier ou chez Léon Moreau. Citons quelques noms de cette époque qui ont fait vivre cette commune et commençons par les Charcutiers M. Margotteau et M. Pasquier, le Charron M. Bernard, le Marchand de cidre en gros M. Michel-Dufour, les Cordonniers M. Dumont et M. Maille, le Vannier M. Bélouis et terminons par le Menuisier M. Lemaitre et le Maréchal ferrant M. Ersnest Berlot. Non loin de cette rue Vivier se trouvait une mare alimentée par une source venue d’un pré voisin. Cette mare servit longtemps d’abreuvoir, mais fut abandonnée et comblée avec l’arrivée de l’eau courante dans le village.  

Share Button

Carte Postale Ancienne de Congis-sur-Thérouanne – Place du Perchet

Carte Postale Ancienne de Congis – Place du Perchet – édition Jaquier – Située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. En 1900, Congis-sur-Thérouanne compte 735 habitants administrés par le maire M. Ulyse Viard. Citons quelques noms des commerçants de cette époque et commençons par les boulangers M. Cornet et M. Meunier, la boucherie était tenue par M. Cornet et la charcuterie par M. Chapuis. Les épiceries ne manquaient pas à cette époque et pas moins de 6 boutiques se partageaient la ville. Bien sûr, commençons par l’épicerie de M. Jolivard que l’on voit sur cette carte postale des éditions Jaquier. La veuve Cottin avait repris la relève de l’épicerie de son mari, pour les 4 autres, c’était l’affaire Continuer la lecture

Share Button