l’Histoire de l’aviation – Édouard Nieuport décède le 16 septembre 1911

l'Histoire de l'aviation - Édouard Nieuport décède le 16 septembre 1911

l’Histoire de l’aviation – Édouard Nieuport décède le 16 septembre 1911 – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

l’Histoire de l’aviation – Édouard Nieuport décède le 16 septembre 1911
Carte N° 84 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§

Le 15 septembre 1911, l’aviateur et constructeur Édouard Nieuport  est victime d’un accident terrible. Parti le matin de Châlons sur son monoplan, Nieuport atterrissait à Charny après un excellent voyage, malgré les rafales de vent qui soufflaient. Sur la demande du colonel Estienne et malgré le vent violent, l’aviateur reprit les airs, et, après quelques virages effectués au milieu de l’admiration de tous, Nieuport en faisait un dernier pour revenir à son point de départ, lorsque tout à coup l’aéroplane sembla ne plus être soutenu par l’aile située à l’intérieur du virage, l’appareil piqua vers le sol, Nieuport coupa l’allumage et le monoplan

s’écrasa à terre dans un bruit sourd. Transporté d’urgence à l’hôpital militaire de Verdun où il reçut les soins du médecin inspecteur des 6éme corps. Édouard Nieuport souffre de divers contusions à la poitrine et à la tête. Le 16 septembre 1911 Édouard Nieuport succombe à ses blessures. De son vrai nom Édouard de Nieuport était né le 24 atouts 1875 à Blida (Algérie). Vers l’âge de vingt ans, Édouard Nieuport, un peu contre le grès de sa famille, s’était d’abord adonné au cyclisme. Excellent coureur, il obtint de fort beaux succès, se classant notamment troisième dans le championnat de France de vitesse, en  1898. Il s’adonna ensuite à l’automobile, dont il étudia plus particulièrement les questions techniques. On lui doit des recherches sur les carburateurs, l’invention de bougies d’allumage et de magnétos spéciales qui portent son nom. Quand l’aviation fit son apparition, Nieuport ne se contenta pas de fournir les pièces nécessaires à l’allumage des moteurs, mais se mit à étudier un petit monoplan qu’il essaya d’abord à Issy-les-Moulineaux. Nieuport améliora ses monoplans, excellents au dire des techniciens, construisant même des moteurs pour aéroplanes, et ainsi son appareil était dû en entier à son cerveau. Le succès récompensa ses efforts et, à l’heure actuelle, ses appareils sont encore détenteurs de nombreux records de vitesse. Le malheureux, aviateur disparaît, laissant une jeune. femme et un délicieux bambin dans la douleur.

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.