Histoire de l’aviation – le 18 Octobre 1909 – Le Compte de Lambert sur Wright va boucler la tour Eiffel dans le premier vol sur Paris

histoire-de-laviation-le-18-octobre-1909-Le-Compte-de-Lambert-sur-Wright-va-boucler-la-tour-Eiffel-dans-le-premier-vol-sur-Paris-

histoire-de-laviation-le-18-octobre-1909-Le-Compte-de-Lambert-sur-Wright-va-boucler-la-tour-Eiffel-dans-le-premier-vol-sur-Paris-

Histoire de l’aviation – le 18 Octobre 1909 – Le Compte de Lambert sur Wright va boucler la tour Eiffel dans le premier vol sur Paris
Carte N° 77 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§

18 octobre 1909. Retenons cette date. C’est une date inoubliable de l’histoire de l’aviation. En effet, pour la première fois, un homme montant un aéroplane est parti d’un point de la grande banlieue parisienne « Juvisy », s’est enlevé à une hauteur encore non atteinte de 400 mètres. À cette altitude, cet homme a plané sur Paris, est venu virer au-dessus de la tour Eiffel et est retourné à son point de départ, volant les quarante et quelques kilomètres de la distance en un peu moins de trois quarts d’heure. Le comte de Lambert est un héros modeste. Quand, à neuf heures du soir, dans son appartement de la rue Charles-Laffltte, à Neuilly sur Seine, nous venons lui demander ses impressions écrites pour les lecteurs du Petit Parisien, il nous répond. À quoi bon! monsieur j’ai

vu, à Juvisy, l’un de vos collaborateurs. Et puis, vraiment, est-ce si intéressant. Mais nous insistons la comtesse de Lambert, qui assiste à l’entrevue, se joint à nous. Enfin, le célèbre aviateur se résigne à nous dicter ces lignes qu’il paraphe de sa signature. J’avoue que je suis très étonné du tapage que l’on fait autour de mon raid, et je trouve disproportionnées les ovations avec lesquelles le public de Juvisy m’a reçu à mon retour à l’aérodrome. J’ai eu simplement la chance de disposer d’un appareil bien au point. Pour moi, je ne trouve pas plus difficile d’aller de Juvisy à la tour Eiffel que de faire cinquante kilomètres autour d’un champ de manoeuvre. Mes impressions en cours de voyage: Rien de particulier, à la hauteur de quatre cents mètres où je me suis tenu, la terre ne me paraissait immobile et je ne me sentais pas avancer. En vérité, la plus vive et la meilleure impression que je garde de cette journée, ç’a été de retrouver, à ma descente mon cher ami Orville Wright, qui m’avait fait la surprise de m’attendre. « Comte de Lambert »   

Parcours de Port Aviation – Paris – Port Aviation en 1909

Parcours de Port Aviation - Paris - Port Aviation en 1909

Parcours de Port Aviation – Paris – Port Aviation en 1909

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.