Les Vosges – Le Travail des Bucherons

Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Les Vosges – Le Travail du Bucherons

Imp AD . Welck . – Saint -Dié (déposé)N° 4307

Dos séparé – non circulé

(timbre  recollé sur le recto de la carte par un inconditionnel d’un timbre sur une CP ) 

§

Le Bucheron

Le bois , Un matériau noble que l’homme a appris à travailler depuis des siècles. Même le bûcheron qui manie la hache respecte la forêt. Il sait à la fois couper les arbres qui le font vivre mais aussi protéger les jeunes pousses et entretenir les sous-bois pour les générations suivantes.

¤

Au rythme des quatre saisons

La vie du bûcheron est calquée sur les cycles de la nature. Une saison d’abattage s’étend de la fin octobre à la mi-avril. Le reste de l’année, le bûcheron se consacre à des travaux agricoles pour son compte ou comme saisonnier.
À ces cycles annuels s’ajoutent des cycles plus longs. La révolution de coupe est de trente à quarante ans. Ce qui signifie qu’un jeune bûcheron ne revient sur le premier site de sa carrière qu’à la vieillesse approchante. Le bûcheron est à la fois tributaire de la nature et du temps.

¤

L’outillage et l’entretien

Chaque bûcheron dispose d’une cognée, c’est-à-dire d’une grosse hache à biseau étroit, d’une scie à bûche et d’une serpe, parfois d’un passe-partout (grande scie à lame large).
Vers la fin de l’hiver, pour faciliter le mouvement du passe-partout à la montée de la sève, le bûcheron le graisse en frottant la lame avec une couenne ou en écarte les dents ; on appelle cela l’avoyage. L’aiguisage des outils est très important. On dit que la qualité d’un bûcheron se mesure à sa façon d’affiler une hache.

¤

L’abattage


Pour abattre un chêne, deux bûcherons sont nécessaires. À la cognée, ils sectionnent et dégagent le pied de l’arbre, afin de pouvoir le couper à ras du sol. Puis ils déterminent la direction de la chute en entaillant la base de l’arbre. Cette direction doit prendre en compte la protection des baliveaux, arbres réservés pour qu’ils puissent croître en futaie, aux alentours.
Après s’être éloignés dès que le bois commence à craquer, les bûcherons précipitent la chute de l’arbre. À terre, le chêne est écimé et ébranché. Le tronc, devenu un grume, c’est-à-dire une pièce de bois non encore équarrie, est évacué par les débardeurs l’été suivant.
Le travail du bûcheron ne s’arrête pas là. Une fois l’abattage terminé, il ressappe (recoupe) les souches trop hautes et les rempiette (refait le pied) pour leur éviter un pourrissement précoce.

¤

Bûcherons de père en fils


Sur six, huit ou dix enfants que peut accueillir une maisonnée, il n’est pas rare que certains jeunes garçons suivent les traces de leur père en apprenant eux-mêmes le métier de bûcheron. Dès douze ans, les jeunes garçons accompagnent leur père dans les bois. Six jours par semaine, les voilà qui découvrent le métier de bûcheron. D’abord des tâches faciles pour se muscler, comme par exemple débiter de la charbonnette à l’aide d’une serpe et d’une scie. Puis un véritable travail d’homme, de bûcheron pourrait-on dire, tel que l’abattage.

¤

Extrait du chapitre concerné, dans l’ouvrage Les métiers d’autrefois, de Marie-Odile Mergnac, Claire Lanaspre, Baptiste Bertrand et Max Déjean, Archives et Culture.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.