La Ferté-sous-Jouarre (S-et-M) – Fête du souvenir Français le 28 Avril 1907

La-ferté-sous-Jouarre-fete-du-souvenir-Français

La-ferté-sous-Jouarre-fete-du-souvenir-Français

La Ferté-sous-Jouarre (S-et-M) – Fête du souvenir Français le 28 Avril 1907 – Défilé des Autorités, Avenue de la Gare 
Photographie G. Brindelet, 39 rue St Nicolas, Ferté-s-Jouarre (S-et-M)
Dos séparé -circulé à découvert en 1907
§

Par des fêtes magnifiques du 28 avril 1907, la Ferté-sous-Jouarre à inauguré, sous la présidence de M. Henry Chéron, les nouveaux bâtiments de l’école de Filles et le monument patriotique offert par le Souvenir français, Le sous-secrétaire d’Etat à la Guerre est arrivé vers onze heures. Il était accompagné de MM. Ferret, son chef de cabinet ; Gilbert, préfet de Seine-et-Marne ; Chauvin, député, etc., etc.
M. Chéron a été salué sur le quai de la gare par M. Philibert Roger, maire de la Ferté-sous-Jouarre qu’entouraient tous les membres du conseil municipal et de nombreuses personnalités régionales. Après les réceptions, le cortège, fort imposant, s’est rendu aux nouvelles écoles dont toutes les installations ont été visitées, tandis que des fillettes offraient des gerbes de fleurs au représentant du gouvernement. M. Chéron a profité de cette circonstance pour protester contre les théories de ceux qui veulent voir dans l’école laïque l’école des sans-patrie. Après cette première inauguration, le représentant du gouvernement et sa suite ont assisté à un banquet de 300 couverts servi dans la salle des Fêtes du Patis-de-Condé. En réponse aux toasts de MM. Gilbert, préfet ; Philibert Roger, maire ; Chauvin, député, M. Chéron a prononcé un important discours, parlant de la tache que s’est imposée le gouvernement et qui consiste « À ne jamais perdre de vue la volonté si nettement exprimée par le suffrage universel aux élections générales de 1906, et pour reprendre la formule que Waldeck-Rousseau employait dans son discours de Toulouse, à ne laisser s’établir aucune disproportion entre l’effort donné et le résultat obtenu. M. Henry Chéron a remis ensuite un certain nombre de distinctions. Ont été nommés :Officier de l’instruction publique, Mme Fanny Marc, statuaire, auteur du monument élevé dans le cimetière.Officiers d’académie : Mme Bigot, dite Olga, publiciste, à Neuilly-sur-Seme ; MM. Breton, conseiller municipal ; Nathan Lévy, rabbin ; Solvet et Thouny, architectes à la Ferté Chevaliers du Mérite agricole : le commandant de gendarmerie Lanty, de Melun ; Larscnneur et Pommier, cultivateurs à Crouy-sur-Ourcq. Le cortège s’est ensuite rendu au cimetière devant le monument patriotique où, sous la pluie qui faisait rage. M. Chéron a félicité Mme Marc et rendu hommage à la conduite des mobiles de la Ferté et à la mémoire des soldats morts pour la patrie. »Le petit Parisien 1907″  

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.