Histoire de l’Aviation – 1909 l’aéroplane Wright d’Eugène Lefebvre

Histoire de l'Aviation - 1909 l'aéroplane Wright d'Eugène Lefebvre

Histoire de l’Aviation – 1909 l’aéroplane Wright d’Eugène Lefebvre

Histoire de l’Aviation – 1909  l’aéroplane Wright de Lefebvre
Carte N° 69 – Photo S.A.F.A.R.A reproduction interdite
§
Chute mortelle d’Eugène Lefebvre le 7 septembre 1909, vers 6 heures, Eugène Lefebvre effectuait à Port-Aviation, une première sortie de mise au point, avec le biplan Wright de M. Defriès ; après un tour de piste très réussi, il revenait atterrir près du hangar.Un Peu plus tard, il repartait avec le Wright destiné à M. Schraeck et gagnait rapidement une hauteur de 10 mètres. Tout allait à merveille, lorsque arrivé près du restaurant des tribunes, on vit l’appareil plonger en avant, Puis s’abattre verticalement avec une vitesse effrayante. M. Michel Clemenceau, directeur de la société Ariel, pour le compte de qui avait lieu les essais, et les autres assistants accoururent. L’appareil fracassé gisait sur le sol , l’infortuné aviateur, projeté

hors de l’appareil râlait sans connaissance, étendu sur le dos. Malgré les soins empressés qui lui furent prodigués par les médecins présents, Eugène Lefebvre transporté a l’infirmerie de l’aérodrome, expirait sans avoir repris connaissance. Comment s’est produit ce pénible accident ? Le saura-t-on jamais ? Lefebvre a-t-il laissé  engager  son gouvernail de profondeur, frappé en dessus par un remous et amené hors de l’angle maniable ? De la part d’un Pilote aussi remarquablement habile, c’est peu admissible. On serait plutôt tenté de croire à une rupture de pièce ou un grippage dans le système de leviers articulés et de bielles, qui commandent le gouvernail avant des Wrights. Cependant ce système est si simple et les organes si robustes, qu’on ne s’explique guère une rupture ou un enrayage. L’état de l’appareil ne permettra jamais sans doute de tirer au clair cette énigme. La carrière du malheureux aviateur aura été aussi brève que brillante.Eugène Lefebvre était né à Corbie (Somme), en 1878, le 4 octobre. Sorti ingénieur de l’Institut polytechnique de Lille après de brillantes études, il s’occupe d’installations frigorifiques à bord des navires en Russie, puis en Algérie. Il fonde à Paris une agence de vente d’automobiles et d’accessoires. Au début de cette année, il entre comme ingénieur à la Société Ariel, concessionnaire de la vente des aéroplanes Wright en France. À force de patience et bien servi par ses connaissances techniques, Lefebvre  envoyé en Hollande par sa Société, y apprend seul le maniement du biplan Wright. Lefebvre était un parfait sportsman, que passionnèrent successivement, la bicyclette, l’automobile, la boxe. Énergique, vigoureux, entraîné, il voyait s’ouvrir devant lui une brillante carrière d’aviateur pratiquant par ses connaissances d’ingénieur et ses observations d’expérimentateur éclairé, il aurait pu contribuer aux progrès techniques de l’aviation. La mort le foudroie à 31 ans.. « L’Aérophile »
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.