Paris -Marchande de Fleurs

Marchande de Fleurs - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

33 – Paris -Marchande de Fleurs

éditeur O.L (?)

Dos simple – non circulé

§

Voici une carte particulièrement belle et peu courante !

Vers 1900 , il est de bon gout de décorer les appartements bourgeois de Paris de fleurs , à cette époque les femmes de « bonne société » ne travaillent pas et s’invitent  régulièrement à boire le thé ou café .

Ne pas avoir un bouquet de fleurs dans son appartement pour recevoir ses amies serait inconcevable,cette habitude fait le bonheur des marchandes de fleurs qui « fleurissent » dans les quartiers chics de Paris.

De bon matin ,les domestiques devaient aller acheter les fleurs ,bien sur le quai aux fleurs de la cité était l’endroit idéal ,mais il y avait surtout nos petites marchandes aux « paniers » ou à la charrette à bras qui s’installaient dans les quartiers les plus huppés de la capitale.

Ces petites marchandes, le plus souvent de conditions très modeste se levaient dés l’aube pour s’approvisionner en fleurs qu’elles trouvaient aux halles de Paris ou directement chez des maraichers de la banlieue Parisienne qui avaient compris que le commerce de fleurs était un plus à leur quotidien !

Et pour finir en poésie,’un poème du poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs !

« François Coppée » (pas le politique François Copé ) le poète né en 1842 et mort en 1908 !!

La petite marchande de fleurs.

Elle nous proposa ses fleurs d’une voie douce.

Et souriant avec un sourire qui tousse.

Et c’était monstrueux ,cette enfant de sept ans.

Qui mourait de l’hiver en offrant le printemps.

Ses pauvres doigts étaient plein d’engelures

Moi je sentais le fin parfum de tes fourrures

Je voyais ton cou rose et blanc sous la *fanchon*

Et je touchais ta main chaude dans ton manchon

Nous fîmes notre offrande ,amie,et nous passâmes

Mais la gaité s’était envolée,et nos âmes

Gardèrent jusqu’au soir un souvenir amer.

Mignonne,nous ferons l’aumône en hiver.

(Poème extrait du recueil « intimités « )

¤

* « fanchon » nom féminin singulier foulard porté sur la tête et noué sous le menton*





Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.