Cyclisme – Grand Prix – Série de Edmond Jacquelin

Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Grand Prix – Série de jacquelin

Cliché Barenne

Dos simple – non circulé

§

C’était en des temps héroïques, quand la France accueillait pour la première fois les championnats du monde sur piste. Parmi les engagés, Edmond Jacquelin, futur vainqueur du tournoi de vitesse.

Portrait de celui qui resta longtemps l’idole du public…


Il avait des faux airs avec le Jean Gabin de La Bête humaine – ou, pour être plus exact, le Gabin jeune n’était pas sans parler et sourire comme lui.

Le Gabin jeune, dans ses meilleurs moments, tenait Paris à ses pieds, les femmes dans ses bras. Eh bien ! le Jacquelin de 1900 avait également ses grands soirs.

Lorsqu’il montait en selle, et surtout quand il se levait de sa selle, subitement farouche et furieux, des vélodromes immenses se figeaient.

Puis c’était l’explosion, sa victoire, leurs vivats ! Le dieu aux mèches drues et rebelles se redressait et saluait, tandis que le public scandait son nom. ‘ Jac-que-lin ! Jac-que-lin ! Jac-que-lin ! ‘ L’hommage était réel, le brouhaha énorme.

Il dura jusqu’en 1904.

¤

Principales victoires : Champ. du monde 1900 ; champ. de France 1896, 1900, 1902 ; Grand Prix de Milan 1895, Anvers 1896 et 1901, Vienne 1896, Turin 1898, Berlin 1899, Paris 1900, Allemagne 1900, France 1904.



Partie d'un texte de Christophe Penot sur UNCP
Pour en savoir plus !  UNCP

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.