Souvenir du Voyage à Toulouse du président de la république M.Raymond Poincaré

Toulouse-Voyage de MR POINCARE-président de la république

Souvenir du Voyage à Toulouse du président de la république M.Raymond Poincaré

Souvenir du Voyage à Toulouse de M.Raymond Poincaré, du président de la république ( 17-18 septembre 1913)
 Edition Bayard  – dos séparé – circulé sous enveloppe
§

M.R Poincaré à l’Arc de Triomphe de l’Agriculture. dans la Voiture, à gauche de M. Poincaré, M. Cruppi, président du conseil Général de la haute-Garonne. 

Viendra par la suite le banquet monstre du Conseil général. Le banquet offert au Président de la République par le conseil généra! de la Haute-Garonne a lieu dans le grand huit de l’arsenal, où l’on a réussi à placer deux mille cinq cents couverts. Ce hall est décoré de milliers de pavillons, de plantes vertes et de  trophées d’armes. Derrière la table d’honneur, longue de trente mètres, on a tendu du velours rouge à crépines d’or ; le reste des murailles est drapé de blanc-crème, sur lequel flottent des drapeaux tricolores. Le Président de la République arrive à midi et demi, dans sa

Daumont escortée de gendarmes, sabre au clair. Dans le hall, les invités font une ovation prolongée au chef de l’état. M. Raymond Poincaré salue et sourit, puis s’assied et, à son exemple, prennent place : MM. Delcassé, ambassadeur de France en Russie, ancien ministre, député de l’Ariège;  Clémentel ministre de l’Agriculture ; Bepmale, sénateur ; Raymond Leygue, Honoré Leygue, les généraux Chomer, Pau, Roques, Faurie, de Mas-Latrie, Plagnol, etc. Au Champagne, c’est M. Cruppi, président de l’assemblée départementale, qui parle le premier. Il remercie le Président au nom de Toulouse républicaine, « au nom de la région la plus attachée à la démocratie ». Le Président parle et ce n’est qu’une ovation. Quand M. Poincaré se lève c’est, pendant 
quelques instants, un tel tonnerre d’accla
mations, qu’il ne peut parler, mais bientôt, 
de cette voix mordante  métallique, sonore,
 qu’il a habituée à dominer les tumultes du 
Parlement. M. Poincaré parle sa parole bril
lante, imagée, fleurie, solide, porte comme 
des balles des mots définitifs et, quand il
 parle de cette Toulouse , qui est comme une Rome, ou une Florence française, la foule 
applaudit frénétiquement. Mais, quand il 
aborde la description de la Toulouse moderne, active, industrielle rénovatrice, républicaine, l’ovation devient délirante et se reproduit quand il entame l’éloge de l’armée.   

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.