Se laisser Dorloter et ne rien faire – Petite fille et le chat

Petite fille et le chat - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Carte studio du photographe et éditeur Armand NOYER .

Dos séparé – circulé sous enveloppe en 1916

Se laisser Dorloter et ne rien faire,

Voila ce qu’avant tout ce paresseux préfère

§

Aujourd’hui je pense comme le petit chat « Se laisser Dorloter et ne rien faire« 

Mais un petit mot quand même sur l’éditeur de cette carte qui signait « AN Paris en écriture ronde »

il s’agit du photographe et éditeur Armand NOYER .

Très connu des collectionneurs, Armand Noyer a été l’un des principaux photographes cartophiles de la première moitié du XXé siècle .

Des milliers de cartes lui sont attribuées,des scènes enfantines comme la série  » le petit prédicateur  » où son fils en est la vedette, en passant par des séries sur les stars du cinéma,

des As de l’aviation, des célébrités, des sportifs et bien sûr des cartes sur de nombreux autres thèmes.

On connaît deux adresses où Armand Noyer aurait exercé son métier ou habité ( rue des Deux Gares 7509 et rue Ravignan à Montmartre), mais j’aimerais préciser qu’en 1909, Armant Noyer « éditeur  » était installé au 37 boulevard de Strasbourg dans le XXé arrondissement de Paris , sa spécialité était les cartes postales au ‘Bromure Glacé viré’ et ne réservait sa vente en exclusivité qu’aux maisons de gros.

Share Button

3 réflexions sur « Se laisser Dorloter et ne rien faire – Petite fille et le chat »

  1. Etant enfant fin 1940 début 1950 j’ai fait plusieurs photos pour des cartes postales Noyer , ou peut-être même qui ont servies à des magasines de cette époque. L’éditeur Noyer était installé au bout de la rue de Strasbourg face à la gare de l’Est. Il y avait un atelier de fabrication et un studio de photo. Je crois me souvenir qu’il y avait aussi d’autres éditeurs installés dans cet immeuble.
    Les cartes postales étaient très populaires et il semble que celles représentant des enfants étaient très utilisées.
    Nous venions avec nos habits du dimanche et on nous faisait souvent tenir des fleurs artificielles. J’avais présenté aussi pendant plusieurs années des vêtements mode ce cette époque. Je me rappelle d’une fillette appelée Jacqueline qui venait avec moi. On était choisi certainement parceque nous avions la tête à ça. Jusqu’à 6 ans j’avais gardé mes cheveux longs et bouclés et cela devait certainement plaire aux gens.
    Jean-Charles

  2. Etant enfant fin 1940 début 1950 j’ai fait plusieurs photos pour des cartes postales Noyer , ou peut-être même qui ont servies à des magasines de cette époque. L’éditeur Noyer était installé au bout de la rue de Strasbourg face à la gare de l’Est. Il y avait un atelier de fabrication et un studio de photo. Je crois me souvenir qu’il y avait aussi d’autres éditeurs installés dans cet immeuble.
    Les cartes postales étaient très populaires et il semble que celles représentant des enfants étaient très utilisées.
    Nous venions avec nos habits du dimanche et on nous faisait souvent tenir des fleurs artificielles. J’avais présenté aussi pendant plusieurs années des vêtements mode de cette époque. Je me rappelle d’une fillette appelée Jacqueline qui venait avec moi. On était choisi certainement parceque nous avions la tête à ça. Jusqu’à 6 ans j’avais gardé mes cheveux longs et bouclés et cela devait certainement plaire aux gens.
    Jean-Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.