Le Grand café de la Paix – M. Fortépaule à Angoulême

16-Angouleme-Grand cafe de la Paix-M-Fortepaule

16-Angoulême – Grand café de la Paix – M. Fortépaule

Grand cafe de la Paix-M. Fortépaule,  Angoulême 
dos séparé – non circulé
§

Ne cherchez plus le nom du Grand Café de la paix sur la place de l’hôtel de ville à Angoulême, car il s’appelle aujourd’hui le Relais d’Alsace – Taverne Karlsbräu . Heureusement la façade art nouveau de ce magnifique café des années 1900 n’a pas changé, l’oeuvre des architectes Barbaud (1860 / 1927) et Bauhain (1864 / 1930) est toujours aussi belle.
Cet endroit aura été l’endroit chic d’Angoulême pendant de nombreuses années, en parlant de bourgeois voici un extrait de Léon Martin qui écrit sur Angoulême et ses bourgeois.

« Angoulême, en forme de méduse avec ses faubourgs en étoile : la Madeleine, Lhoumeau, Saint-Cybard» Saint-Martin, Saint-Ausone, la Bus-Satte, ne saurait cependant être rangé parmi les villes tentaculaires. J’ai dit qu’on y est bourgeois, c’est vrai, mais sans provocation, avec gentillesse, comme on sait l’être dans les environs de la Gironde…
Bourgeois, bien sûr, les industriels et les grands commerçants papeteries, fabriques de feutres et de toiles métalliques, exploitations de carrières de pierres — bourgeois les rentiers ayant leur demeure rue de l’Arsenal ou rempart du Midi, bourgeois les magistrats, les officiers ministériels et les fonctionnaires, bourgeois, les dames du café de la Paix elles-mêmes sont bourgeoises… dans le calcul de leurs recettes et l’économie générale de leur carrière. »

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.