Groupe de soldats le 28 mai 1918 à Épône – Lettre de NYAD ROSNERIC

Carte Photo d'un groupe de soldats le 28 mai 1918 à Épône

Carte Photo d’un groupe de soldats le 28 mai 1918 à Épône – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Carte photo – Soldats de la première section le 28 mai 1918 à Épône
Poètes, Manipulateurs de mots, Écrivains en herbe ou confirmés… Vous voulez voir votre texte sur mon blog ( maximum 30 lignes environ 300 mots). Laissez-moi un message et votre texte sur « contact ». C’est ce qu’a fait NYAD ROSNERIC avec ce très beau et émouvant texte, que le soldat Félicien aurait pu envoyer à sa Douce Suzon.
§

SUZON ma douce ma tendre cette lettre, sera sans doute la dernière ; j’en rage de mourir aussi jeune, ma haine coule sur mes joues glacées, j’ai de la neige jusqu’en haut de mes godillots ! Le vent gifle mon visage, hier nous avons parlé avec les frisés ; en ce jour de Noël, séparés, de moins de 100 mètres nous avons bu mangé et fumé ! Montré les photos de nos aimées. ils sont jeunes aussi, certains parlent un très bon français ! Et ne comprennent plus cette guerre ! Il faut leur dire ma SUZON à PARIS ! Les gradés ont perdu la raison, nous sommes de la chaire à canon pour ces fous de guerre, ils nous sacrifient ! 200 hommes sont tombés aux champs d’horreur , nous avons pris une colline, aux Boschs mais cela n’a aucun sens ! demain les Allemands à leur tour nous ferons reculer cette guerre doit s’arrêter ! Avant que nous ne perdions notre âme ! Parfois j’entrevois la folie, mais ton visage me redonne espoir ! Te rappelles-tu ma douce ce petit bal au bord de la Marne ! Le soir où je t’ai raccompagnée chez ta grand-mère ! Et que Toute rougissante tu m’as dit oui ! voilà pourquoi je tiens ! Dans cet enfer, je me refugie dans tes yeux, et je hurle dans ce désert glacé combien je t’aime ! Parfois l’écho me répond et là je pleure comme un gosse que je suis ! Je n’ai pas vingt ans et je vais mourir ! demain Ils te diront que je suis tombé en brave ! Et te donnerons une médaille, Garde la bien et montre la aux autres générations ! Plus de guerre ma belle, plus de boucherie il faudra leur dire promets le moi ! dit à ma famille que je les aime, à mon frère le petit LUCIEN que je lui donne mon vélo et ma collection des pieds Nickelés qu’il aime tant. Le FERNAND à toujours eu pour toi des sentiments ! C’est un brave garçon plus tard s’il te demande en mariage ne dis point non, ne reste pas ma veuve ! d’ailleurs nous n’avons même pas eu le temps de nous unir ! Sinon que par le cœur ! Plus tard ne lui parle pas de moi ! Il est déjà difficile d’être le second ! Alors succéder à un héros !! Voila j’emporte avec moi de tes yeux, LE BLEU ! De ton sourire et de tes dents le BLANC ! Demain la neige sera ROUGE ! Ces trois couleurs mon aimée, sont les oriflammes de notre drapeau chéri …. Je te joins une photographie de mes amis ! Non de mes frères ! Et de moi, ainsi que de ces fillettes, halo de lumière éclairant nos visages tristes et inquiets, au joli mois de mai nous étions 49 ; à ce jour, de la 1ère section, dix respirent encore, les vaguemestres font se qu’ils peuvent, nos écrits vous parviennent parfois de longs mois après, la censure est toujours là, mes doigts sont gelés, je me sens faible, il importe demain je ne serai plus, mais je crie à m’en étouffer VIVE LA FRANCE ! VIVE LA VIE …. Ton Félicien à toujours à jamais

NYAD ROSNERIC

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.