Ferme Boër-Afrique du Sud – l’exposition de Paris en 1900

 

Ferme Boër-Afrique du Sud-de l'exposition Universelle de 1900 - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Ferme Boër-Afrique du Sud-de l’exposition Universelle de 1900 – Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails

Paris – Exposition de 1900  – 6. Ferme Boër

éditeur Massias

Dos simple – circulé à découvert en septembre 1904

§

De tous les palais de l’Exposition de 1900 un des premiers terminés a été le palais Sud-Africain, les charpentes ont été dressées dès le premier jour sur des plans qui étaient arrêtés d’avance, de sorte que le temps gagné a été maintenu jusqu’au bout.

L’ensemble des constructions du Transvaal au Trocadéro se composait d’un palais officiel, de deux pavillons pour le traitement de l’or, d’une forme Boër et d’un chariot tel que les anciens Hollandais nomades en employaient lors de leur arrivée en Afrique.

Ce pavillon a été élevé à l’intersection de l’avenue d’Iéna et d’une allée qui conduit aux parties supérieures du Trocadéro, il avait pour objet de parler des résultats obtenus par les populations Boërs.

On y montrait aussi une reconstitution parfaite de l’exploitation minière au Transvaal à cet effet on a fait venir du minerai brut en quantité suffisante pour garnir les parois d’une mine souterraine, ou l’on assistait à un simulacre de l’extraction suivant les procédés employés dans ce pays.

le public se rendait compte du travail, il voyait ensuite toutes les transformations que subit le métal précieux depuis son état natif, en minerai, jusqu’à son état final, la fabrication des bijoux et la frappe de la monnaie.

La ferme Boër était la reproduction textuelle d’une installation des paysans d’Afrique du Sud, trois chambres, une salle à manger et une cuisine constituaient toute la distribution du local.

Les pièces étaient meublées avec des objets venant en ligne droite de l’Afrique et, afin de rendre l’illusion plus complète, une famille Boër était venue faire l’installation elle-même,  vivant dans cet édicule pendant le temps de l’Exposition et contribuait ainsi à lui donner une couleur locale des plus vivantes.

Les premiers colons du Sud de l’Afrique étaient les Hollandais qui s’étaient expatriés pour chercher fortune sous un ciel plus propice. De nature, ils étaient très nomades aussi se passa-t-il de longues années avant que les villes fussent régulièrement construites les Boërs édifiaient peu de maisons, ils vivaient dans des voitures qui, sortes de roulottes, les emportaient dans toutes les directions, suivant les besoins variés qui se présentaient, c’est un de ces chariots qu’on a voulu nous faire voir au Trocadéro, il rappelle l’histoire de l’origine du Transvaal riche et civilisé que nous connaissons aujourd’hui.

Source: Les travaux de l’Exposition de 1900 de A.Da.Cunha /préface Henri de parville édition Maison Masson et Cie
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.