Bagnoles-de-l’Orne – Au Sommet du Roc au Chien

Cartes Postales Anciennes-Bagnoles-de-l'Orne-Au Sommet du roc au Chien

Bagnoles-de-l’Orne-Au Sommet du roc au Chien

98  Bagnoles-de-l’Orne – Au Sommet du Roc au Chien
éditeur LL
§ 

Bagnoles de l’Orne et ses légendes…
Créée de toutes pièces en 1896, la ville d’eau normande est une sorte de rêve surgit au coeur de la forêt d’Andaines et issue d’une légende. On raconte que le seigneur Hugues de Tessé, au retour de croisade, abandonna en forêt d’Andaines son vieux cheval usé par les ans et les combats. Quelle n’est pas sa surprise, quelques temps après, de retrouver son cheval tout fringant. Il le suit, et constate que l’animal s’abreuve et se baigne dans l’eau d’une source. La légende raconte que l’imitant

retrouva bien vite jeunesse et vigueur…
La source tiède bienfaisante de Bagnoles-de-l’Orne est à l’origine autre légende. Deux aiguilles rocheuses, au niveau du parc des thermes, emplacement appelé Saut du capucin, rappellent le pari de ce père capucin, arrivé là ne sachant plus marcher et qui, guéri par les eaux, franchit le passage de ces deux aiguilles d’un seul bond. L’ermitage du Bézier à Saint Ortaire et la légende du Roc au chien.
On accède à l’ermitage du Bézier à partir de l’ancienne gare de Bagnoles de l’Orne. En prenant la direction de Saint Michel des Andaines, passer devant l’hippodrome puis à gauche au pont du chemin de fer sous la voie.
L’ermite Ortaire vint s’installer dans le Bocage Normand au VIème siècle. C’est après avoir vécu trente ans dans une grotte de la région de Vire, où il se nourrissait de racines mais où la piété des fidèles finit par l’incommoder, qu’il se retira dans cette région, plus inaccessible. Il y fonda l’oratoire du Bézier, près des bains de Bagnoles. A l’époque, un dragon aurait trouvé refuge dans le défilé rocheux où coule La Vée, terrorisant la population locale en réclamant son tribut de bétail puis, une année de disette, une jeune fille vierge. Saint Ortaire, armé de son chapelet et de sa foi, l’aurait, après une invocation à Saint Hilaire, vaincu en le pétrifiant. En témoigne, de nos jours, cette tête monstrueuse qui, au sommet du Roc au Chien, semble garder le défilé, en face de l’établissement thermal. Texte en intégralité sur : Imaginouest

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.